Avec ses 336 km, le Shannon est le plus long fleuve de l’île. Trait d’union entre les deux Irlandes, il serpente paresseusement du comté de Cavan à l’Atlantique. Comme lui, les paysages qu’il traverse sont plutôt paisibles. Moins touristique que le Kerry ou le Connemara, la vallée du Shannon est le berceau de la spiritualité irlandaise. Tout simplement.

Le cours supérieur

Il se faufile parmi les vallons jusqu’au Lough Ree, puis traverse la plaine centrale de l’île jusqu’au Lough Derg, le plus grand lac à jalonner son cours. Voie des conquêtes vikings dès le IXe siècle, voué au transport et au commerce fluviaux au XVIIIe siècle, le Shannon est devenu le domaine privilégié des bateaux de croisière dans la seconde moitié du XXe siècle.
C’est un fleuve comme on n’en fait plus. De Athlone à Portumna, la navigation de plaisance s’y révèle particulièrement aisée. L’absence d’industrie a préservé son équilibre écologique. Aujourd’hui, de Boyle à Limerick, ses rives peu construites sont très courues par les pêcheurs, hommes et hérons confondus. Les bourgades qu’il égrène sont souvent très anciennes. Elles gouvernent des vestiges religieux uniques.

Boyle
Il faut marquer un premier arrêt dans cette petite ville : mignonne comme tout, elle oscille entre les styles géorgien et médiéval.

King House Interpretative Centre
Ouvert de mai à septembre, tous les jours de 10 h à 18 h. Entrée payante.
Une grosse villa palladienne, où vécurent les King, vieille famille anglo-irlandaise. Elle devint ensuite lieu de garnison. C’est, depuis peu, un musée.

Boyle Abbey
Près de Boyle. Ouvert de la mi-juin à la mi-septembre, tous les jours de 9 h 30 à 18 h 30. Entrée payante.
Fondée en 1161 par les moines cisterciens, cette abbaye conserve de magnifiques éléments architecturaux, comme les voûtes aériennes de sa nef ou ses chapiteaux abondamment sculptés. Le lieu est imposant, et même orgueilleux.

Carrick-on-Shannon
A l’est de Boyle, la N4 longe le Lough Key ; les bois qui l’entourent offrent de nombreux itinéraires de promenade sous les frondaisons. On arrive ensuite à Carrick-on-Shannon et à sa marina, bien équipée et très animée. Depuis la récente réouverture du canal Shannon-Erne, les plaisanciers s’y pressent encore plus nombreux.
Avec Costello Chapel, dans Bridge Street, la cité possède, dit-on, la plus petite chapelle du monde. Mais Carrick-on-Shannon, c’est surtout La Mecque des pêcheurs de brochets, au cœur d’un labyrinthe de lacs, rivières et canaux.
La capitale du comté de Leitrim constitue aussi une plaque tournante idéale pour découvrir les vestiges historico-religieux des deux rives du Shannon.

Strokestown Park House
Strokestown. Ouvert d’avril à octobre, tlj de 11 h à 17 h 30. Entrée payante.
Une vaste demeure du milieu du XVIIIe siècle, avec un bel ameublement intérieur et d’impressionnantes cuisines à galeries. Dans les anciennes écuries a été installé un musée consacré à la Grande Famine et regroupant de nombreux documents d’époque. Surtout, ne pas quitter le domaine sans profiter du jardin et du parc.

Wonderful Athlone in Ireland © UggBoy♥UggGir

Wonderful Athlone in Ireland © UggBoy♥UggGir

Roscommon
Au carrefour des N60, N61 et N63.
Très commerçante, la ville est dominée par les ruines d’une forteresse anglo-normande flanquée d’énormes tours. Cromwell, malgré son acharnement, ne parvint pas à la détruire complètement. En poursuivant vers le sud, on arrive à la petite cathédrale de Clonfert, qui possède un exceptionnel portail roman.

Croisières sur un long fleuve tranquille
Le Shannon est le principal acteur du tourisme fluvial irlandais. Une semaine, deux semaines, un mois même : la rivière est longue, ses centres d’intérêt nombreux, tout autorise à des croisières prolongées. Aucun permis n’est exigé pour louer un petit bateau de 2 à 8 couchettes, destiné à naviguer sur les eaux intérieures. Grâce aux conseils du loueur, on apprend, sans mal, à le manœuvrer. Sont fournies des cartes de navigation et la liste des points de ravitaillement en fioul.

Kilmacduagh
Près de Gort, au sud-ouest par Ballinasloe et les N6 et N66. Ouvert tlj. Entrée libre.
Un vaste ensemble religieux des XIe-XIIIe siècles, isolé sur la route de Corofin. Ses vestiges sont dominés par une haute tour ronde ; elle conserve fière allure, même si elle penche un peu !

La rive gauche du Shannon supérieur
Elle conserve aussi de nombreuses traces du passé. Du nord au sud, se succèdent des bourgades d’atmosphère.

Monaghan
Joyeuse, effervescente même, entourée des collines rondouillardes des Midlands, elle demeure très rurale. Avec Rossmore Memorial, elle possède une exceptionnelle fontaine victorienne, que soutiennent des colonnes de marbre. Le County Museum, qui retrace l’histoire du comté, apparaît plus modeste (ouvert du mardi au samedi, entrée libre). 

Mullingar
Enlacée par le Royal Canal, située au cœur du comté de Westmeath, elle collectionne les pubs pittoresques. Dans un rayon de 25 km, la cité permet de jeter un coup d’œil aux ruines du prieuré bénédictin de Fore Abbey(ouvert tous les jours, entrée libre) et aux tourelles néogothiques de Tullynally Castle(ouvert l’après-midi de mi-juin à mi-août, entrée payante). Sur la route de Tullamore, elle conduit aussi à l’une des plus vieilles distilleries du monde.

Locke’s Distillery
Kilbeggan. Ouvert tlj de 9 h à 18 h d’avril à octobre et de 10 h à 16 h de novembre à mars. Entrée payante.
Dotée de grandes roues à eau, de cuves énormes et de drôles de machines à vapeur, cette ancienne distillerie de whiskey a été reconvertie en musée. On y apprend les secrets de fabrication d’un breuvage mythique. Passionnant.

Athlone
A l’ouest de Kilbeggan par la N6.
Athlone témoigne d’une intense activité commerciale à proximité d’un gué naturel du Shannon. Construit au Moyen Age, son château fut très remanié au cours des siècles (ouvert tous les jours de mai à octobre, entrée payante). Son succès touristique est directement lié à la proximité du plus haut lieu monastique de l’Irlande médiévale : Clonmacnoise.

Clonmacnoise
Sud d’Athlone. Ouvert tlj et toute l’année, de 9 h à 19 h en haute saison, de 10 h à 18 h en basse saison. Entrée payante.
Fondé par saint Ciaran au VIe siècle, ce monastère est perdu en pleine campagne, non loin des paisibles courants du Shannon. Les Vikings et les Normands l’ont pillé, la soldatesque anglaise l’a partiellement détruit. Les vestiges de Clonmacnoise impressionnent néanmoins par leur ampleur. Ils ne comportent pas moins de sept églises, dont une cathédrale aux riches éléments romans, deux tours rondes et trois croix monumentales. La plus célèbre, baptisée croix des Ecritures, est ornée de scènes bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Shannonbridge Bog Railway
Le train fonctionne d’avril à octobre, tél. : (0905) 74-114 et 172.
Clonmacnoise est d’autant plus fascinant qu’il naît d’immenses tourbières quasi désertiques. Un véritable paysage de début du monde, qu’on peut découvrir à bord d’un petit train touristique, qui effectue des circuits commentés de 45 minutes.

Slieve Bloom Mountains
Dominant les tourbières, les Slieve Bloom Mountains sont toutes de défilés étroits et de cascades rafraîchissantes. Elles constituent un véritable paradis pour les randonneurs, avec un circuit pédestre d’une trentaine de kilomètres remarquablement balisé.

Château des comtes de Rosse
Ouvert tlj, entrée payante.
L’adorable petite ville de Birr aligne ses maisons géorgiennes comme à la parade, autour du château. Seuls se visitent ses jardins, qui dominent l’eau. Avec leurs haies de buis immenses et leurs essences exotiques, ils sont magnifiques.

Le bas Shannon

Dans un rayon de 50 km autour de Limerick se succèdent abbayes, prieurés et forteresses. Les ruines de certains reposent silencieusement au cœur d’une nature sauvage, comme Hore Abbey et Athassel Priory, près de Cashel. D’autres attirent les foules, tels Bunratty Castle, Rock of Cashel ou Cahir.

Limerick
Le bas Shannon s’organise autour de cette grosse ville de 80 000 habitants, fondée par les Vikings entre l’estuaire du Shannon et le Lough Derg. Une position stratégique que les Normands s’approprièrent. Et pour laquelle catholiques et protestants s’entre-tuèrent. Limerick véhicula longtemps l’image d’une cité ouvrière mal entretenue, voire violente. En pleine rénovation, elle s’améliore à vue d’œil, d’autant que sa jeunesse estudiantine lui donne un souffle nouveau.

St. Mary’s Cathedral

Ouvert du lundi au samedi, de 9 h à 13 h et de 14 h à 17 h. Entrée libre.
Si St. John’s Cathedral se hérisse de la flèche la plus haute du pays (85 m), c’est d’abord St. Mary’s Cathedral, édifiée au XIIe siècle sur Bridge Street, qui retient l’attention. Elle possède un très beau portail roman et, dans le chœur, des stalles – les miséricordieux – sculptées avec art.

King John’s Castle
Nicholas Street. Ouvert tlj de 9 h 30 à 18 h. Entrée payante.

Depuis le XIIIe siècle, il occupe une position privilégiée sur le Shannon, au bout de Thomond Bridge. Cinq tours imposantes et d’épais remparts le défendent. Il présente diverses expositions historiques retraçant l’épopée de la cité. Dans la cour, reconstitution de machines de guerre.

Hunt Museum
Rutland Street. Ouvert de 10 h à 17 h du mardi au samedi, de 14 h à 17 h le dimanche. Entrée payante.
Dans l’ancienne douane, un des musées archéologiques les plus complets et les brillants d’Irlande. Les armes, et surtout les bijoux en or de l’âge du bronze, sont vraiment magnifiques.

Bunratty Castle
15 km au nord-ouest de Limerick, route de Ennis. Ouvert tlj de 9 h 30 à 17 h (19 h en été). Entrée payante.
Superbement restauré, c’est un des châteaux moyenâgeux les plus visités de l’île. Mobilier somptueux, tapisseries, vitraux : rien ne lui manque… Même pas les dîners d’époque, avec gentes dames en hennin et jouvenceaux à la harpe celtique ! Tout à côté (même billet d’entrée),le Bunratty Folk Park est une reconstitution soignée d’un village de paysans irlandais du début du XXe siècle.

La patrie du whisky
Le whisky est né en Irlande sous le nom de uisquebaugh (eau-de-vie). Dès le XIIe siècle, les moines irlandais distillaient l’orge destinée à sa fabrication. Il existe des preuves écrites de cette activité précoce. Si les Irlandais parlent, aujourd’hui, de « whiskey » et non de « whisky », c’est pour se distinguer de leurs rivaux écossais. La recette est un peu différente de chaque côté du bras de mer séparant les deux îles. Ainsi procède-t-on à trois distillations successives en Irlande, contre seulement deux, voire une seule, en Ecosse. Le reste tient au savoir-faire des hommes. En Irlande, le séchage de l’orge s’effectue en circuit fermé, sans aucun apport de tourbe odoriférante. C’est pourquoi le whiskey se caractérise par beaucoup de douceur et de finesse en bouche.

Rock of Cashel
Cashel. Ouvert tlj, de 9 h 30 à 17 h 30 au printemps, de 9 h à 19 h 30 en été, de 9 h 30 à 16 h 30 hors saison. Entrée payante.
Sur un piton rocheux, avec lesquelles elles se confondent, de très impressionnantes ruines médiévales. Il faut s’attarder dans Cormac’s Chapel, pour ses exceptionnelles sculptures romanes, et dans la cathédrale gothique, pour ses étonnants passages secrets. A l’entrée du site est plantée la St. Patrick’s Cross, gravée au XIIe siècle. Une haute tour ronde – The Rock – veille sur l’ensemble.

Cahir Castle
Cahir. Ouvert tlj, de 9 h à 19 h 30 en été, de 9 h 30 à 16 h 30 hors saison, de 9 h 30 à 17 h 30 d’avril à mi-juin et de mi-septembre à mi-octobre. Entrée payante.
Une énorme forteresse avec profusion de créneaux, d’enceintes, de remparts, de tours carrées et rondes. Longtemps, elle fut réputée imprenable. De nos jours, le cinéma la met régulièrement à contribution.

Le Burren
Amateur de vieilles pierres, le bas Shannon l’est aussi de terres étranges, comme le prouve le Burren, à l’ouest de Limerick par la N 85. Sur ce plateau rocheux, buriné par l’érosion, poussent aussi bien des plantes méditerranéennes qu’alpines. Au sud, le calcaire cède le pas au schiste noir et au grès, qui forment les fantastiques cliffs of Moher : 8 km de falaises malmenées par les vagues de l’Atlantique. Ce sont les plus spectaculaires de toute la côte occidentale.

Limerick, capitale du rugby
Depuis plus d’un siècle, le rugby bénéficie d’une extraordinaire renommée dans la ville et sa région. De la division nationale aux équipes villageoises, on le pratique à tous les niveaux. Il resserre le tissu social : le travailleur et le directeur se côtoient sur le terrain, puis dans les pubs pour la « troisième mi-temps ». La cité ne compte pas moins de 10 clubs de rugby, dont les Garryowen F.C. et Shannon R.F.C., fondés en 1884. Et elle a produit des joueurs mondialement connus, tel Tony Ward, admirable « ouvreur ».

Lire la suite du guide