Sur le littoral

Plongée

Si la côte monténégrine est très découpée, il en va de même pour les fonds sous-marins : la roche calcaire est creusée de criques et de grottes, comme celles de Sopot près de Risan, ou celles de Ljuta près de Budva, dans lesquelles se nichent les bancs de poissons.
On peut également observer de belles formations corallines. Ceux qui palpitent à l’idée de trouver un trésor pourront tenter leur chance, puisque de nombreuses épaves gisent dans les eaux monténégrines, à des profondeurs accessibles. Un deux-mâts du XVIe siècle repose ainsi face au cap Kobila, dans les bouches de Kotor ; le Zenta, navire de guerre autrichien de 96 m de long, fut quant à lui coulé au large de Petrovac en août 1914.

Voile

Le goût pour la compétition en mer est fort ancien : à la fin du XIXe siècle, le roi Nikola II Petrović-Njegoš avait déjà plusieurs yachts, et la première régate de voile fut organisée dès 1924. Aujourd’hui, la voile se pratique sur tout le littoral. En juillet a lieu la compétition la plus attendue, la Montenegro Cup.

Planche à voile et kitesurf

Les véliplanchistes trouveront au Monténégro de nombreux spots – jusque sur le lac de Skadar. La grande plage d’Ulcinj, jusqu’à l’île d’Ada Bojana, est particulièrement indiquée pour les amateurs de kitesurf, qui demande des vents soutenus.

Parapente

On peut le pratiquer à l’intérieur des terres, par exemple au mont Lovćen, mais le plaisir d’admirer la mer pendant le vol fait de Brajici un site incomparable, avec un dénivelé de près de 800 m menant jusqu’aux plages de Bečići. Sur la côte, d’autres points de départ réputés sont Dizdarica, au-dessus d’Herceg Novi, et le mont Vrmac, au-dessus de Kotor.

Observation d’oiseaux

Ce type de randonnée se développe à grande vitesse. Si on la pratique un peu partout, trois sites sont cependant recommandés : les lacs de Skadar et de Šasko, qui accueillent de nombreuses espèces migratrices, et la zone qui va des marais salants d’Ulcinj à l’estuaire de l’Ada Bojana.

A l’intérieur du pays

Ski

Longtemps somnolentes – si l’on considère que le Norvégien Henrik Angel a chaussé des skis au Monténégro dès 1893 –, les infrastructures de sports d’hiver sont en plein développement. Deux stations de montagne dominent, celles de Žabljak et de Kolašin. Les pistes de ski du Savin kuk sont à 5 km de Žabljak, celles de Jezerine à 8 km à l’est de Kolašin.
Ces dernières proposent, grâce à leurs projecteurs, du ski nocturne. A 15 km à l’est de Berane se trouve la station de Lokve. Le ski d’été est quant à lui possible sur le glacier Debeli Namet, dans le massif du Durmitor, où se trouve aussi la principale piste de ski de fond.

Small Ski Run in Montenegro

Small Ski Run in Montenegro By: M.CC BY-NC-SA 2.0

Rafting et canyoning

La présence des plus belles gorges d’Europe fait du Monténégro une destination très prisée pour la pratique du rafting et du canyoning. Celles de la Tara, avec des à-pics de 1 300 m, sont les plus célèbres. La descente complète des 100 km du canyon prend plusieurs jours, avec des étapes sous la tente. On peut opter pour un parcours plus court à partir de Sćepan Polje, à la frontière bosniaque, ou de Djurdjevića Tara.
Plus courts mais tout aussi spectaculaires, les autres canyons, à l’exception de celui de la Morača, ne sont pas utilisés pour le rafting mais plutôt pour le canyoning. Le début du printemps est à déconseiller aux débutants : la fonte des neiges rend les rivières particulièrement agitées.

Escalade et alpinisme

Si quelques parois sont utilisées par les amateurs de free climbing, comme celles de Djurdjevića Tara, près du magnifique pont sur la Tara, ou dans les environs de Kotor, la discipline est encore balbutiante. L’alpinisme se pratique aussi bien dans le Durmitor que dans les monts Bjelasica. La chaîne de Prokletije, très peu explorée, est un défi pour pratiquants de haut niveau.

Randonnée

La plupart des massifs montagneux ont un réseau correctement entretenu de sentiers, dont certains sont les héritiers de voies militaires. Les massifs du Durmitor, de Komovi (au sud, près de la frontière albanaise), de Bjelasica (qui comprend le parc national de Biogradska Gora), et celui d’Orjen (près d’Herceg Novi) sont les mieux équipés. Les refuges, en revanche, sont rares.

Vélo

Si le cyclotourisme n’est pas recommandé sur les routes en raison de leur état parfois défectueux et du mode de conduite de certains automobilistes, le VTT peut se pratiquer en de très nombreux endroits, comme dans le Durmitor ou l’Orjen. Les itinéraires sont encore très peu balisés, mais une « route transversale » de 182 km a été inaugurée en 2006, de l’Orjen au Rumija, qui permet de découvrir l’arrière-pays surplombant le littoral.

Lire la suite du guide