Fredensborg

A 17 km au sud-ouest d’Elseneur.
La ville de Fredensborg sous la commune d’Elseneur est surtout célèbre pour son château, résidence de la famille royale au printemps et à l’automne. 

Château de Fredensborg 
Construit à la demande du souverain Frederik IV après la Grande Guerre nordique de 1709 à 1720, il est baptisé « château de la Paix » à son inauguration, le jour de l’anniversaire du roi en 1722. Johan Cornelius Krieger avait reçu l’ordre de bâtir une petite demeure d’été sur une propriété royale à l’est du lac d’Esrum. Le château, presque carré, s’élève alors sur un étage et demi et, autour d’une cour octogonale devant le bâtiment central, sont disposées les ailes des domestiques. A l’est, une orangerie, la maison margravine et, entre les deux, l’église du château. Agrandi entre 1741 et 1754 par les quatre tours carrées du corps central et surélevé d’un demi-étage, Fredensborg est habité régulièrement par Frederik V jusqu’en 1766, et son épouse Juliane Marie en fait son domicile après la mort du roi. Au XIXe siècle, le règne de Christian IX ramènera une période de grandeur à Fredensborg, en y accueillant chaque été une grande partie des souverains d’Europe dont il est l’aïeul direct. C’est la tradition des Fredensborgdage (les journées de Fredensborg). Aujourd’hui encore, c’est à Fredensborg qu’ont lieu les visites officielles et les réceptions de la famille royale. Pendant l’été, on peut assister à des concerts et à des représentations de théâtre en plein air dans le parc du château.

Suivez le guide ! 
Sur la Colonne des Rois, taillée en granit 300 ans environ avant la construction de la cathédrale de Roskilde, les monarques en visite dans le royaume se sont laissés mesurer, certains de façon fantaisiste, comme Christian Ier dont la taille surhumaine ne peut être que le résultat d’une erreur ou d’une affabulation.

Fredensborg. I slottets park © Guillaume Baviere

Fredensborg. I slottets park © Guillaume Baviere

Roskilde

A 70 km au sud-ouest d’Elseneur.
Nichée au bord du fjord qui porte son nom, Roskilde est une des villes les plus anciennes du royaume. Sa fondation date de la fin du Xe siècle, où elle est choisie par le roi viking Harald Blåtand comme haut lieu de la royauté et de l’Eglise. Il y est enterré vers 985, probablement après avoir été assassiné par Palnatoke, un proche de son fils Svend qui convoitait la couronne. 

Roskilde Domkirke (cathédrale de Roskilde) 
Domkirkepladsen. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 16 h 45, samedi de 9 h à 12 h, dimanche et jours fériés de 12 h 30 à 15 h 45 d’avril à septembre. Du mardi au samedi de 10 h à 15 h 45, dimanche et jours fériés de 12 h 30 à 15 h 45 d’octobre à mars. Entrée libre. Fermé au public pendant les offices.
A l’emplacement de la cathédrale actuelle, une petite église en bois, Treenighedskirken (l’église de la Trinité), est construite sous le règne de Harald Blåtand. Il y fut probabement enseveli après sa mort. Après la démolition de l’édifice, une deuxième église, en pierre celle-ci, est érigée au même emplacement. Elle sera à son tour démolie par l’évêque Absalon. Autour de 1175, le pontife fait construire la cathédrale qu’on connaît aujourd’hui. Elle est achevée en 1280 et agrandie de plusieurs chapelles au cours du Moyen Age. Les deux tours occidentales sont ajoutées en 1400, sous le règne de Margrethe Ier et les flèches en 1635 à la demande de Christian IV. La cathédrale contient les monuments funéraires de vingt rois et de dix-sept reines, dont tous les monarques depuis la Réforme (1536). Certains sont massifs et austères, d’autres plus intéressants, comme la chapelle de Christian Ier (1426-1481) ou celle de Christian III (1503-1559).

La chapelle de Christian Ier 
Conçue en 1460 pour rassembler les membres d’un ordre créé par lui, et qui est à l’origine de l’ordre de l’Eléphant – distinction honorifique attribuée par la reine aux membres de la famille royale et à certaines personnalités -, elle abrite les tombes de Christian Ier et de son épouse Dorothea (1430-1496), marquées par deux simples pierres au sol.

La légende du roi Skjold 
Le Danemark était sans foi ni loi, et les pillages succédaient aux massacres, lorsqu’un matin un bateau s’approcha du rivage, près du port de Hedeby. Il paraissait vide de tout équipage, mais quand il s’échoua sur la plage, les habitants virent au fond du bateau un enfant couché sur un bouclier (skjold en danois). Ils comprirent qu’il était le fils du dieu Odin, le portèrent en triomphe jusqu’au village où ils le proclamèrent roi et lui donnèrent le nom de Skjold, parce qu’il devait les protéger contre l’ennemi. La paix et l’harmonie régnèrent à nouveau sur le royaume pendant toute l’enfance du jeune roi, et quand il eut l’âge de régner, il gagna le respect de son peuple car il était juste et magnanime. A sa mort, Skjold se fit coucher sur le bateau qui l’avait apporté, et repartit entre les mains du dieu Odin.

Les monuments de Christian III et de Frederik II 
Dans le plus pur style Renaissance, deux temples gardés par des soldats romains ont abrité les tombes du couple royal de Christian III et de Dorothea (1511-1571), ainsi que celles de leur fils Frederik II (1534-1588) et son épouse Sofie (1557-1631). Le second n’est qu’une copie du premier, réalisée par le sculpteur Cornelis Floris d’Anvers entre 1574 et 1575. Les temples sont vides, les tombes ayant été transférées dans les cryptes de la cathédrale.

Vikingeskibsmuseet (musée des bateaux vikings) 
Vindeboder 12, Roskilde. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante.
Les restes de cinq bateaux vikings sont retrouvés au fond du fjord de Roskilde en 1962. Les navires, construits en bois, avaient servi à bloquer l’entrée du fjord à une vingtaine de kilomètres au nord de Roskilde, vers Skuldelev. Probablement coulés lors d’une attaque ennemie, ils étaient restés dans la vase depuis le XIe siècle. Les milliers de pièces, détachées les unes des autres pendant leur long séjour au fond du fjord, sont aujourd’hui rassemblées. Et les cinq navires – dont un consacré au commerce, deux à la guerre, un au transport de marchandises et un à la pêche – sont reconstitués grâce à un véritable travail de fourmis. Le plus grand d’entre eux mesure 30 mètres de long. Les coques sont exposées dans une salle qui donne sur la mer, et depuis laquelle on peut voir s’éloigner les reproductions à l’identique des bateaux originaux.

Museumsøen et chantier naval des bateaux vikings 
A l’extérieur du bâtiment se trouve le centre de recherche des archéologues. C’est un chantier naval, en partie ouvert au public, où l’on peut assister au travail des artisans qui reconstituent les bateaux à l’identique à l’aide des techniques et des outils utilisés par les Vikings. Le grand navire « Skuldelev 2 » a ainsi fait l’objet d’une reproduction exacte, nécessitant 26 000 heures de travail effectuées par huit personnes sur quatre années. Ce projet permet de penser que la construction d’un bateau comme celui-ci a dû mobiliser 20 à 30 personnes pendant six mois ; sans compter la confection des voiles, des cordages et du goudron qui a dû nécessiter le recours à un nombre important d’artisans locaux. En 2007, le nouveau Skuldelev 2 sera mis à flot pour une traversée de la mer du Nord jusqu’à Dublin et retour par l’Ecosse, afin d’observer dans quelles conditions les hommes du XIe siècle partaient à la conquête des terres.

Roskildefestival (Festival de Roskilde) 
Dyrskuepladsen Darupvej, Roskilde. Entrée payante. Pour toute information, consulter 
Des musiciens du monde entier et des milliers de personnes viennent chaque année depuis 1971 retrouver un peu de l’ambiance Woodstock des années 1960 à Roskilde. Deux lycéens sont à l’origine de cette réunion internationale du rock : Mogens Sandfær et Jesper Switzer Møller. Lassés de ne pouvoir assister à de bons concerts qu’à Copenhague, ils décident d’organiser un festival gratuit chez eux. Avec l’aide du producteur jutlandais Carl Fischer et de l’employé communal Niels Borchersen, ils se procurent la place du marché aux bestiaux et, faute de moyens, fixent le droit d’entrée à 30 Kr. pour deux jours de concert (prix actuel pour 4 jours : 1 150 Kr.).

Lejre Forsøgscenter (centre expérimental de Lejre) 
A 7 km à l’ouest de Roskilde. Slangealléen 2, Lejre. Ouvert du mardi au vendredi de 10 h à 16 h, samedi et dimanche de 11 h à 17 h de mai à septembre. Entrée payante.
A première vue, il ressemble à une réserve naturelle. Lejre Forsøgscenter est bien plus que cela : on y suit de près le travail des chercheurs, dont les découvertes donnent lieu à des animations ouvertes à tous. Une méthode empirique très pédagogique met ici à l’épreuve les théories avancées par les historiens sur l’utilisation des outils ou des armes par les hommes préhistoriques, les Vikings ou les hommes du Moyen Age. On peut passer une semaine dans une maison de terre du village reconstitué avec, pour seuls outils, un mortier, un couteau et une pierre de silex. Au visiteur alors d’apprendre à moudre le grain, à pétrir le pain, et à allumer un feu avec les moyens du bord. On peut aussi venir en simple visiteur de ce site exceptionnel, et des guides sont à la disposition du public pour donner des explications sur les us et coutumes de nos ancêtres. Un restaurant et une boutique se trouvent à l’entrée du parc, mais on peut également apporter son pique-nique.

Lire la suite du guide