Le secret d’un vieux mercier tunisien.

Par michèle

Dans un concert épouvantable de mobylettes en mal de révision,je longe les murailles blondes de la Médina à la recherche de la boutique que l’on m’a indiquée.Elle est si minuscule que j’ai bien dû passer dix fois devant sans la voir.

Le commerçant,tunisien,soixante-quinze ans peut-être,costume-cravate stricts,m’accueille dans un français impeccable.Je lui explique qu’en rangeant les affaires de maman après son décès ,j’ai retrouvé deux belles pelotes de laine,un fil très chic, sophistiqué.Il m’est intolérable de m’en débarrasser mais je n’en ai pas assez pour tricoter quelque chose.Je cherche de quoi compléter….

Tunis - Medina

Tunis – Medina

Il m’invite à passer derrière le comptoir lilliputien et à chercher moi-même.Du sol au plafond,sans la moindre étagère,s’entassent,s’emmêlent des milliers d’écheveaux de laine,certains très anciens,sûrement mités.Pas de pelotes:uniquement une montagne d’anneaux alanguis dont on ne trouve pas le bout.

J’escalade,je plonge ,je nage dans le moelleux.Le bonheur!Je tire un fil:avalanche multicolore,je ris…Les messieurs s’arrêtent de bavarder,me regardent puis m’invitent dans leur conversation.Le mercier a passé la majeure partie de sa vie à Paris où il était professeur à la Sorbonne!Il a bien connu l’inspecteur d’académie que mon mari a eu au Sahara.

Revenu en Tunisie à la retraite,il a repris le commerce familial à la mort de son père ,pour s’occuper,pour le plaisir….Je trouve enfin le fil parfait mais il est si fin qu’intricotable.

Mon universitaire-mercier se propose de me le torsader en quatre brins et de le bobiner en pelote pour demain.Il ajoute qu’il se fait un plaisir de me l’offrir et qu’un cadeau ,cela ne se refuse pas.

Ribat de Monastir

Ribat de Monastir

Le lendemain,en me tendant la poche en plastique,il me glisse à l’oreille: »je vais faire comme le renard du petit Prince,je vais vous confier un secret »……C’est ainsi que je longe les remparts du Ribat,traverse la marina et me retrouve assise au milieu des ruines fantômes de la presqu’île déchiquetée par le vent et les embruns.

Je balaie doucement de la main une petite dépression de sable.Elle est toujours là,la mosaique romaine,miraculeusement préservée avec sa bordure aux entrelacs de cinq couleurs.Envie de l’emmener,de la sauver de l’abandon et de l’indifférence……

Le soleil se fait rasant,la fraîcheur tombe.Du haut du minaret,le muezzin souffre sa prière.Je recouvre avec précaution la merveille sous le gravier,je la rends à l’oubli qui la protège ….Nous rentrons.

Tunisie - Mosaïque

Tunisie – Mosaïque

Au café maure,les coussins sont accueillants,le thé à la menthe brûlant et les makrouds dégoulinent de miel:un désastre diététique,un vrai bonheur……Puisse ma chère Tunisie trouver le bon chemin après le séisme du Printemps arabe.