Au Ve siècle, l’empereur Justinien (525-565) ordonna la construction d’un monastère-forteresse entouré d’un haut mur. L’empereur y laissa aussi des soldats pour défendre les moines. 
Au VIIIe siècle, il est dit que Mahomet aurait séjourné au monastère lors d’un de ses voyages « commerciaux » (le Coran mentionne le lieu-saint du Sinaï). Du XIe au XIIIe siècle, c’est l’afflux des Croisés (les grandes portes de bois du narthex et les inscriptions latines du vieux réfectoire sont des restes de l’époque des Croisades). Au XVIe siècle, à l’époque des Mamelouks le sultan turc Selim Ier accorda un statut privilégié à l’archevêque. Deux siècles plus tard, Napoléon proclama un édit protégeant les moines et finança la reconstruction de l’aile nord du monastère.
La visite du monastère : Il est entouré de hauts murs (construits sous Justinien) allant de 9 à 18 m. L’ancienne porte principale, à l’ouest est condamnée ; au-dessus de cette porte, on peut voir une canalisation qui servait à verser de l’huile bouillante sur l’assaillant. Le long du mur intérieur sont construites les cellules de moines et 12 chapelles. L’église a été construite entre 542 et 551. Elle est en forme de basilique avec une allée centrale, des bas-côtés, un choeur et un narthex. Les icônes sont datées du vie siècle ; le sol, les décorations intérieures et l’iconostase des XVIIe et XVIII e siècles. Les portes en bois (vie siècle) sont en cèdre du Liban. Les portes du narthex ont été érigées par les Croisés, au XIe siècle. De chaque côté de la nef centrale, 12 colonnes (une pour chaque mois de l’année) portent chacune une icône représentant le saint vénéré pendant le mois en cours. La chapelle du Buisson Ardent se trouve derrière l’autel principal. 
Au-dessus du choeur de l’église (accès sur autorisation), la Mosaïque de la Transfiguration est la plus ancienne de l’église d’Orient ; son style rappelle Saint-Vital à Ravenne et Sainte-Sophie à Constantinople. Jésus est au centre, Moïse et Elie à ses côtés alors que trois de ses disciples (Pierre, Jean et Jacques) sont à ses pieds. Au bas de la mosaïque, les 12 apôtres et, sur la courbure, les 12 prophètes. Tout au-dessus, sur la face verticale, à gauche, Moïse enlève ses chaussures devant le Buisson Ardent ; à droite, Moïse reçoit les tables de la Loi. On se rendra ensuite à la ‘alerie des Icônes, dont une partie de la collection est datée entre le VIe et le X e siècle, de styles byzantin primitif, grec, géorgien, syrien et copte. 
Visites : tout les jours de 9 h à 11 h 45 (fermé vendredi, samedi, jours de fêtes religieuses, à Pâques et durant le Carême ; renseignements auprès du Patriarcat copte. Photos interdites à l’intérieur. Tenue décente. On ne visite pas l’ossuaire. 
L’ascension du mont Moïse (2 285 m) : partir vers 4 h du matin (prévoir boisson chaude, lainage, lampe de poche, bonnes chaussures), pour assister au lever du soleil et à un panorama sur le golfe d’Aqaba. Escalier de 3000 marches pour la descente.

Lire la suite du guide