La langue arabe est la même dans tout le monde arabe lorsqu’elle est écrite. Elle est appelée « arabe classique » ou « arabe littéral ». La grammaire et la syntaxe furent fixées dans leur forme actuelle au VII e siècle par la rédaction du Coran. Le vocabulaire s’est ensuite enrichi au cours des siècles. Cette langue est utilisée dans les journaux, à la télévision (excepté pour les feuilletons populaires), dans l’enseignement, lors des discours ou à l’occasion des traités internationaux et en justice.

 

La langue parlée, ou « arabe dialectal », s’est progressivement écartée du modèle coranique en simplifiant sa structure et en adoptant aussi des particularités de vocabulaire au gré des influences locales. A tel point qu’il est très difficile à un Arabe du Proche-Orient de comprendre un Maghrébin qui s’exprime dans son propre dialecte.

Pour les gens éduqués, l’arabe classique constitue alors un moyen de communication. Aujourd’hui, aucune variété d’arabe parlé n’est plus proche que les autres de la langue classique, bien que chaque région revendique la pureté de son dialecte.

On peut juste constater que, par son rayonnement culturel (cinéma, chanson), l’égyptien est compris presque partout. L’arabe parlé au Liban est très proche des dialectes syriens, jordaniens ou palestiniens mais, comme ailleurs, chaque région du pays a aussi son accent.

L’écriture arabe

L’alphabet arabe comporte 28 lettres, dont seulement trois voyelles : a, i et ou. De nombreux sons gutturaux ou emphatiques sont inconnus dans les langues européennes. A l’inverse, les lettres P et V n’existent pas.

Les lettres arabes adoptent une graphie légèrement différente selon qu’elles sont placées au début, au milieu ou à la fin d’un mot ou encore en position isolée. Cette richesse de l’écriture permet l’art de la calligraphie.

La transcription des mots arabes en caractères latins n’est pas unifiée et pose certains problèmes lorsqu’il s’agit de rendre des sons qui n’existent pas dans les langues européennes. C’est ce qui explique que vous verrez transcrit différemment le même mot. Par exemple, la plaine de la Bekaa peut aussi s’écrire Beqa’ : le q et l’apostrophe ‘ rendent des sons gutturaux qui n’existent pas en français.

Petit lexique des toponymes arabes

Un bon moyen d’apprendre facilement quelques mots d’arabe qui peuvent servir à demander son chemin est de mémoriser la signification des noms de lieux. Cette petite liste vous y aidera.

  • Aaïn : Source
  • Arz : Cèdre
  • Bahar : Mer
  • Beït : Maison
  • Boustane : Jardin
  • Dar : Maison
  • Dahr : Col
  • Déaa : Village
  • Deïr : Couvent
  • Jebel : Montagne
  • Kfar: Village (mot araméen)
  • Madiné : Ville
  • Maghara : Grotte
  • Nahr : Rivière
  • Ras : Cap, tête
  • Shallalé : Cascade
  • Shatt : Plage, littoral
  • Tell : Colline
  • Wadi : Vallée

Bonus : Petit lexique d’architecture gréco-romaine

  • Acanthe : motif de décoration des chapiteaux corinthiens, représentant de larges feuilles découpées.
  • Atrium : cour.
  • Basilique : à l’époque romaine, salle de réunion rectangulaire attenante au forum. La basilique ne prend un sens de bâtiments religieux qu’à partir de l’époque byzantine.
  • Cardo : axe nord-sud d’une ville.
  • Cella : salle centrale d’un temple où réside la divinité et où ne sont admis que les prêtres.
  • Corinthien : style ou ordre architectural caractérisé par des colonnes à chapiteaux ornés de feuilles d’acanthe.
  • Decumanus : axe est-ouest d’une ville.
  • Exèdre : niche munie de sièges ou de bancs dans un temple ou une basilique.
  • Forum : place centrale de la ville, à la fois marché et lieu de réunion. Il est en général situé à proximité de la croisée du cardo et du decumanus.
  • Ionique : ordre architectural caractérisé par un chapiteau orné de deux volutes latérales.
  • Nymphée : fontaine monumentale consacrée aux Nymphes.
  • Odéon : théâtre aux dimensions modestes.
  • Péristyle : galerie à colonnes entourant le plus souvent une cour.
  • Pronaos : première salle d’un temple donnant accès à la cella.
  • Propylées : entrée monumentale souvent formée d’un porche à colonnes.
  • Téménos : enceinte sacrée à l’intérieur de laquelle se trouve un temple.
  • Tétrapyle : ensemble de quatre colonnes sur une base carrés généralement placé aux principaux carrefours des villes

[one]

Vidéos du Liban

Galerie Liban-guide does not seem to have any videos.

[/one]
[divider]
[one]

Les derniers articles

[posts per_page= »3″ cols= »3″ cats= »145″ excerpt_length= »200″ read_more= »true » meta= »false » pagination= »false » title_size= »20″ image_width= »200″ image_height= »200″]
[/one]
[divider]

[one]

Photos du Liban : Art et culture du Liban

[scrollGallery id=61]

[/one]
[divider]
[one]

Voyage au Liban sur Pinterest

[alpine-phototile-for-pinterest src= »board » uid= »tangkavoyages » board= »voyage-au-liban » imgl= »fancybox » pinit= »1″ dl= »1″ dlstyle= »small » style= »cascade » col= »4″ size= »75″ num= »25″ shadow= »1″ border= »1″ highlight= »1″ curve= »1″ align= »center » max= »100″]

[/one]
[divider]