Vejle et Kolding

A 75 km et 71 km à l’ouest de Odense.
Ces deux villes, qui ont respectivement 50 000 et 55 000 habitants, forment avec Fredericia un triangle d’activité économique qui profite à toute la région du Jutland central. L’aéroport de Billund à l’ouest et le tissu autoroutier qui relie Århus au Sud et à l’Est donnent une infrastructure favorable à la croissance de cette région dynamisée par des industries florissantes. 

Les runes 
A l’origine, les Vikings danois, norvégiens, suédois et islandais parlent la même langue, la dönsk tunga, ou langue danoise. A la fin de la période viking, les dialectes apparus dans les différentes régions prennent le pas sur cette dernière et les langues qu’on connaît aujourd’hui apparaissent peu à peu. Les runes sont un système d’écriture attribué aux Vikings, dont on a retrouvé trace dans la plupart des pays où ils ont séjourné. Les premières runes connues datent du VIIIe siècle. A la fois parole, chant, écriture et connaissance, les runes sont la mémoire des ancêtres de l’Europe du Nord. Elles disparaissent vers 1300, au profit de l’alphabet latin.

Runes de Jelling 
A la périphérie de Vejle, Jelling est la première ville des rois, avant la fondation de Roskilde par Harald Blåtand. Son père, Gorm le Vieux, roi du Danemark, meurt vers 958. Il est d’abord enterré dans la chambre mortuaire du tertre de Jelling. Lorsque son fils Harald se convertit au christianisme en 960, il fait construire une église de bois sous laquelle il transporte les restes de son père. Il fait alors graver une pierre, appelée aujourd’hui « l’acte de naissance du Danemark » : on y voit un lion et un christ en croix, entouré de motifs végétaux, et ces mots en caractères runiques : « Le roi Harald a fait graver ces signes, après son père et après sa mère, Harald qui conquit tout le Danemark et la Norvège, et qui rendit les Danois chrétiens ». En réalité, la christianisation est encore toute relative à cette époque, où le paganisme du royaume reste solidement ancré dans les traditions populaires.

Nuit à Kolding © Loozrboy

Nuit à Kolding © Loozrboy

Koldinghus 
Markdannersgade 11, Kolding. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante.
Détruite par un incendie en 1808, l’ancienne demeure royale de Kolding est restée partiellement en ruine depuis. Lorsque l’armée anglaise emporte les navires de la flotte danoise et bombarde Copenhague en 1807, Frederik VI s’allie avec Napoléon qui envoie en renfort des troupes de soldats français et espagnols. Koldinghus fait alors office de caserne, et la promiscuité dans laquelle sont logés les hommes du maréchal Bernadotte, combinée au froid qui incite les hommes à chauffer plus que de raison, sont à l’origine du drame. Un musée de l’histoire du château est installé dans les salles conservées, dont certaines ont fait l’objet de restaurations. Le cachot, la salle des gardes, la chapelle sont restés intacts. Dans la « Salle des Ruines » enfin, qui s’élève jusqu’à la charpente reconstituée sur plusieurs étages effondrés, sont organisées des expositions temporaires.

Design danois au musée Trapholt 
Æblehaven 23, Kolding. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante.
Le musée de Trapholt réunit en un seul lieu plusieurs formes d’art et propose ainsi un tour d’horizon de la culture danoise contemporaine : beaux-arts, architecture, design et artisanat se côtoient dans cette demeure construite à la fin des années 1930 dans un style fonctionnaliste. Une des vocations du lieu est d’être utilisé comme un foyer de culture polyvalent et vivant où sont organisés des festivals de littérature, des spectacles et des expositions de toutes sortes. Le jardin panoramique qui donne sur le fjord offre un environnement idéal à la contemplation et à l’éveil des sens.

Legoland

A 28 km à l’ouest de Vejle. Nordmarksvej 9, Billund. Ouvert tlj de 10 h à 18 h d’avril à octobre, de 10 h à 21 h en juillet. Entrée payante. Renseignements : 
Le paradis du cube de construction qui ravit les petits depuis 1958 est un parc d’attractions pour les enfants de tous âges, et une curiosité en soi. On y trouve tout en Lego®, des reproductions de villes miniaturesaux parcours de code de la route, en passant par l’hôtel « meublé » en cubes Lego®, qui donne sur le parc. En plus des activités et des manèges de toutes sortes qui sont proposés aux enfants, on retient des idées astucieuses comme les bracelets électroniques qui relient les enfants au téléphone portable des parents. Ou encore la boutique où les cubes s’achètent au poids. Ou, enfin, le « Quick Pass », qui permet de réserver les manèges en ligne sur pour ne pas faire la queue devant les attractions. Un billet couplé avec le prix du péage depuis Copenhague peut également se commander sur le site Internet.

Suivez le guide ! 
Les enfants aiment reconnaître un tableau ou une sculpture qu’ils ont découverts précédemment. Sur , on peut télécharger des modèles pour les enfants afin de préparer la visite en famille, où petits et grands découvrent les secrets de la création artistique.

Ribe

A 80 km au sud-ouest de Vejle.
La plus ancienne ville du Danemark est fondée par Angantyr (Ongendus) en 700 comme place marchande pour vendre les cargaisons que les Vikings rapportent de leurs voyages.
Les maisons reconstruites vers 1600, après un incendie qui avait détruit une grande partie de la ville en 1580, sont très bien conservées. Cependant, la ville a perdu son importance à partir du XVIIe siècle car elle n’a pas eu les moyens de continuer à s’agrandir. On a donc entretenu l’existant, et les maisons de Ribe abritent encore aujourd’hui de jolis jardins et cours intérieures. 

Vor Frue Kirke Maria (cathédrale Marie-Notre-Dame) 
Gravsgade 50, Ribe. Ouvert tlj de 11 h à 16 h, de 12 h à 16 h dimanche et jours fériés. Entrée payante.
La première église de Ribe est construite par Ansgar aux alentours de 860 et, un siècle plus tard, la ville devient le premier évêché du royaume. La cathédrale romane telle qu’on la connaît aujourd’hui date des années 1150, et à la différence de celles de Lund (Suède) et de Viborg, celle de Ribe n’a presque pas été modifiée. Les matériaux utilisés sont du tuffeau et du grès d’Allemagne. Les deux clochers occidentaux ont probablement été identiques au clocher de Marie, au sud. Mais après s’être effondré en 1283, le clocher nord est reconstruit en briques rouges, plus grand et peut-être alors surmonté d’une flèche. En 1594, il s’effondre à nouveau et on le reconstruit dans sa forme actuelle. Il est ensuite utilisé comme tour de garde,d’après le modèle hollandais. Le peintre Carl-Henning Pedersen est à l’origine des vitraux de l’abside (1987).

Ribe Vikingecenter (Centre viking de Ribe) 
A la périphérie sud de Ribe. Lustrupvej 4, Lustrupholm. Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 15 h 30 en mai et juin, de 11 h à 17 h de juillet à septembre. Entrée payante.
Ribe est depuis longtemps connue comme la première ville du Danemark. C’est pourquoi on y a organisé des fouilles, encore fructueuses aujourd’hui. Les objets et débris retrouvés à l’emplacement de la place marchande ont révélé bien des détails sur la nature du commerce qu’on y faisait, et sur les us et coutumes de l’époque. Aussi, le centre archéologique de Ribe propose aux visiteurs un voyage à travers le temps, des Vikings à la fin du Moyen Age, et les introduit dans un village authentique, où on mange, boit, travaille, joue comme à l’époque de Harald Blåtand.

Le Sud

L’histoire du Jutland du Sud est encore vivante dans les mentalités modernes, et la région revendique son identité bien plus qu’ailleurs. Bien que le tracé de la frontière allemande ait bientôt un siècle d’existence, les tensions ancestrales qui perdurent de part et d’autre de la limite territoriale sont encore vivaces.

Région frontalière unique 
La frontière qui sépare le Jutland du sud de l’Allemagne depuis 1920 est unique en son genre. Lorsque, par voie référendaire, les habitants du Jutland du Sud et du Schleswig décident du tracé de la frontière le 10 février et le 14 mars 1920, l’événement est une première mondiale. C’est pourquoi les marques physiques de la limite (bornes, garde frontière, douanes, passages et maisons de gendarmes) ont été conservées et sont aujourd’hui classées monuments historiques.

Lieux de mémoire des guerres du Schleswig 
Il s’agit entre autres de la première douane de Kruså qui abritait autrefois un restaurant, fermé en 1921. Pour les monuments, Skamlingsbanken (Skamlingsvej 76, Sjølund) et Knivsbjerg (Haderslevvej 484, Rødekro) sont les deux mémoriaux officiels, l’un danois et l’autre de la minorité allemande, qui rappellent les guerres frontalières entre les deux nations. Moins remarquables, mais plus nombreuses, sont les tombes et croix en fer forgé qui marquent, ici et là dans le paysage, la mémoire des soldats tombés pour leur pays.

Åbenraa et ses chantiers navals 
A 84 km au sud de Vejle.
Le port d’Åbenraa est connu depuis 1257, et ses chantiers navals existent au moins depuis le XVIIIe siècle. Leur prospérité variant avec les périodes de guerre, ils atteignent leur apogée après la rafle de la marine britannique qui emporte toute la flotte du royaume en 1808. Jusqu’en 1870, la construction navale porte à elle seule l’économie de la ville, et emploie entre 300 et 500 personnes. Les Danois sont alors connus dans la majeure partie de l’Europe pour leurs bateaux et Åbenraa fabrique des navires dont on retrouve la route au large de la Chine ou de l’Indonésie… Mais en 1883, le dernier chantier ferme, n’ayant pas su s’adapter à la production des bateaux en acier et des moteurs à vapeur. Aujourd’hui et depuis les années 1870, le port est utilisé pour le transfert de marchandises d’importation.

Lire la suite du guide