Achats et artisanat 

Dans chaque île, des boutiques ou des centres d’art proposent des objets tressés avec des feuilles de cocotier ou de pandanus, des « pareu », du « monoi »,des perles noires, des « curios », des coquillages, de la vanille séchée et des tatouages.
Le terme curios désigne toutes les productions artisanales polynésiennes : objets de la vie courante en bois sculpté (plats, couverts, peignes…), agrémentés ou non de nacre, tiki en pierre, tapa (tissu végétal décoré), objets et bijoux en nacre, paniers, sandales, chapeaux en feuille de coco ou de pandanus, colliers de coquillages, couronnes de fleurs à faire sécher, pendentifs sculptés en os ou en nacre, noix de coco ou bois de coco sculptés. On trouve également, dans certains magasins de curios, des objets traditionnels venus de Papouasie-Nouvelle-Guinée ou des îles Salomon : boucliers, casse-tête, masques…
La perle noire est le souvenir à rapporter pour toute femme amateur de ce genre de bijou. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets.
Il faut prendre son temps et comparer. On peut même, dans certains atolls, acheter des perles brutes et les faire monter. Le standard de qualité imposé par les bijoutiers locaux est, à prix équivalent, nettement supérieur à celui que l’on trouve ailleurs dans le monde.
En dehors de la perle noire de Tahiti, dont on trouve un assez grand choix au centre Vaima, à Papeete, on peut acheter de nombreux souvenirs au marché de la capitale, qui offre en général les prix les moins chers.

Arrivée 

A l’arrivée, il faut présenter une fiche de débarquement dûment remplie et une pièce d’identité. On arrive généralement très tôt le matin à Tahiti, et les départs vers les autres îles se font également très tôt. Des navettes (minibus ou vedettes ou les deux) sont organisées par les hôtels qui accueillent le visiteur ou comprises dans le billet Air Tahiti.

Cartes 

Avant de partir en vacances, pensez à acheter une carte détaillée qui vous sera très utile durant votre voyage. Les cartes que vous trouverez sur place sont rarement en français et pas toujours très précises. Blay-Foldex propose plus de 100 cartes routières et touristiques, pour toutes les destinations en France et dans le monde. Vous pouvez acheter les cartes Blay-Foldex dans les principales librairies.

Change 

Des distributeurs automatiques de billets sont présents dans toutes les îles, sauf dans les atolls et îles lointains. Le taux de change varie en fonction du cours applicable le jour du débit sur le compte en banque. Le plus économique reste les billets français échangés dans une banque.

Coco 

Le cocotier est l’un des arbres rois de Polynésie. Il se trouve au centre d’un rite initiatique que l’on ne manquera pas de partager avec quelques Polynésiens heureux d’adopter le voyageur par ce lien séculier. Celui-ci n’aura pas à grimper pieds nus pour décrocher sa noix de coco, mais il lui appartiendra de la défaire de sa gangue fibreuse à l’aide d’un simple pieu, de la couper en deux d’un geste sec et d’en râper la chair au moyen d’un outil traditionnel.

Collier 

Le collier de fleurs est la première des traditions polynésiennes que l’on découvre à l’arrivée. Pas uniquement réservé aux touristes, c’est un geste de bienvenue pour tout nouvel arrivant. La fabrication des colliers de fleurs, à partir de fleurs de tiare, d’hibiscus ou de frangipanier, occupe de nombreuses vahineà travers toutes les îles, et le marché de Papeete en regorge.
Quant au collier de coquillages, c’est la dernière des traditions que l’on emporte avec soi au départ. Encore une fois, il n’est pas réservé aux visiteurs. Le nombre de colliers reçus par celui qui s’en va est fonction du vide qu’il laisse et donc de son appréciation. La valeur du collier se mesure également à la qualité des coquillages utilisés et à leur nombre, les plus simples arborant de petits escargots orangés, les plus riches étant ornés de nacre et de porcelaines.

Tahiti (www.viajar24h.com)-508 © www.viajar24h.com

Tahiti (www.viajar24h.com)-508 © www.viajar24h.com

Cuisine et boissons 

La cuisine polynésienne est essentiellement basée sur le poisson frais. Il ne faut pas manquer de déguster le célèbre poisson cru à la tahitienne mariné dans du lait de coco, les sashimis, le thon, le steak de mahi mahi ou d’espadon grillé au citron, les chevrettes (crevettes d’eau douce) marinées et les fruits : pomelos, mangues, ananas, bananes, noix de coco…
Côté boissons, bière Hinano pour les amateurs, punch aux fruits frais pour les autres, eau de coco et jus d’ananas de Moorea pour tout le monde.

Electricité 

Le courant est de 220 volts (mais il peut être de 110 volts dans quelques rares cas) et les prises sont dotées de deux broches rondes. Se renseigner pour les atolls éloignés.

Environnement 

Atolls et îles hautes sont des milieux fragiles et sensibles aux moindres dégradations. S’il n’existe aucune vraie réserve en dehors des îles Scilly, plusieurs espèces sont néanmoins protégées, comme les raies et les tortues. Il ne faut pas encourager leur braconnage en achetant leurs produits dérivés. Sous l’eau, ne ramasser ni coquillage ni corail et éviter de s’accrocher à quoi que ce soit en regardant où l’on met ses palmes. En bateau, vérifier que l’ancre ne va pas arracher un bout de récif ou racler tout ce qui y pousse.

Fêtes et jours fériés 

Les jours chômés, les bureaux et administrations sont fermés.
1er janvier : jour de l’An.
Février : Nouvel An chinois.
5 mars : arrivée des premiers missionnaires.
Avril : Vendredi saint.
Avril : Pâques.
Avril : lundi de Pâques.
1er mai : fête du Travail.
8 mai : Libération.
8 mai : anniversaire de la mort de Paul Gauguin.
Mai : jeudi de l’Ascension.
Juin : dimanche et lundi de Pentecôte.
29 juin : fête de l’Autonomie interne.
Juin : élection de miss Tahiti et de miss Heiva.
14 juillet : Révolution française.
Juillet : fêtes du Heiva.
15 août : Assomption.
Août : jeux de Polynésie.
Octobre : floralies et pêches aux cailloux.
9 octobre : anniversaire de la mort de Jacques Brel.
1er novembre : Toussaint.
3 décembre : fête du Tiare.
25 décembre : Noël.

« Fiu » 

C’est le mal de la société polynésienne, un mal bénin, qui se traduit par un mal de vivre léger et chronique, fonction du temps ou du moment. Bref, une sorte de vague à l’âme passager qui s’exprime essentiellement par une absence totale d’action ou de réaction. Si l’on a affaire à une personne fiu, inutile de s’énerver ou de montrer des signes d’impatience. Mieux vaut adopter une attitude décontractée et, au pire, revenir le lendemain !

Hébergement 

De nombreuses pensions de famille, quelques gîtes et des hôtels luxueux rivalisent de beauté, bien souvent situés dans un cadre exceptionnel.
Partout, un accueil chaleureux et un service irréprochable.

Heure locale 

En été, enlever 12 h par rapport à la France, 11 h en hiver. Les îles Gambier ont 1 h de plus que Papeete et les Marquises, 30 min.

Horaires d’ouverture 

Le siège des principales banques est ouvert du lundi au vendredi de 7 h 45 à 15 h 30 en continu, parfois le samedi matin de 7 h 45 à 11 h 30.
La plupart des musées sont ouverts de 9 h 30 à 17 h.
La poste ouvre de 7 h à 18 h du lundi au vendredi et de 8 h à 10 h les samedis et jours fériés.
Les magasins ouvrent pour la plupart de 7 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 17 h.

Informations touristiques 

Chaque île principale possède un office de tourisme, mais le plus complet se trouve à Papeete, à Tahiti, au fare Manihini (au bout de la croisette, sur le boulevard Pomare).

Langue 

La plupart des Polynésiens parlent le français avec un accent indémodable et chantant où le r est roulé comme au plus profond de la Bourgogne. Le français de tous les jours est largement enrichi de nombreux mots polynésiens que l’on a vite fait d’adopter.
Médias 
Deux quotidiens, La Dépêche de Tahiti et Les Nouvelles de Tahiti, se partagent un marché de petites annonces et de brèves locales ; deux beaux magazines, Tahiti Pacifique Magazine, mensuel d’informations et d’économie, souvent comparé au Canard Enchaîné pour ses articles politiques irrévérencieux, et Vivre à Tahiti, celui des belles images et des articles touristiques. On trouve à Tahiti la plupart des magazines français, et les journaux de la presse quotidienne arrivent au kiosque du centre Vaima avec un ou deux jours de retard.
Les radios locales retransmettent pour la plupart les programmes de France Inter (RFO) et de quelques grandes stations périphériques françaises.
Quant à la télévision, RFO retransmet les programmes de France Télévision et ceux de TF1. Canal Plus fait également une percée avec des programmes décalés et adaptés. Lancée en 2000 par la volonté du gouvernement de la Polynésie Française, Tahiti Nui Télévision (TNTV), diffusée par voie hertzienne à Tahiti et par satellite via le bouquet TNS, se veut à la fois ouverte sur le monde et proche des Polynésiens et de leur culture.

« Monoi » 

Mélange d’huile de coco dans laquelle ont macéré des fleurs de tiare, le monoi est le produit protecteur par excellence de l’abondante chevelure des vahine. Il est aussi aujourd’hui à la base de toute une gamme de produits de beauté et de soins pour le corps.

« Pareu » 

C’est le vêtement traditionnel de toutes les vahine. Ce grand carré d’étoffe aux motifs de fleurs d’hibiscus ou de fruits et feuilles d’arbre à pain imprimés en blanc sur fond rouge principalement peut être porté de centaines de façons différentes, mais sur un même principe général : on s’enroule dedans et on le noue.

Photo et film 

Attention à la lumière qui est partout présente. Ne pas prendre de film de trop forte sensibilité de manière à bien retranscrire la chaleur des couleurs. Les Polynésiens se laissent volontiers photographier si on ne les importune pas et si on discute un peu avec eux. Les filtres UV sont obligatoires ; le filtre polarisant, lui, est recommandé pour les scènes de lagon. Les amateurs de photo sous-marine trouveront quant à eux une large matière à s’exprimer.

Poste et communications 

Il faut de trois jours à une semaine pour l’acheminement du courrier vers la métropole par avion.
Pour le téléphone, décalage horaire et décalage vocal obligent à attendre que son correspondant ait fini de parler avant de parler à son tour. Pour appeler la Polynésie, composer le 00 689 puis le numéro local. Pour appeler de Polynésie vers la France, composer le 00 33 puis le numéro de son correspondant sans le zéro précédant le code régional.
Tikiphone est le seul opérateur de téléphones mobiles en Polynésie française. Son réseau, baptisé VINI (les Tahitiens disent « le Vini » pour désigner le portable), utilise la norme GSM. Donc, emmenez votre téléphone mobile habituel et achetez sur place une carte prépayée, la Vini Card. Cet abonnement temporaire vous octroie un numéro de téléphone valable 3 mois, une messagerie, et vous permet de téléphoner partout. Pour la France, comptez 0,84 € par minute depuis un fixe et 1,65 € depuis un mobile.

Pourboire 

Le pourboire n’est pas obligatoire. On peut en laisser un au café ou au restaurant en fonction du service fourni.

Requin 

Aucun problème en ce qui concerne la baignade dans les lagons et dans le plein océan. On ne recense aucun accident depuis de nombreuses années. Les plongeurs auront même l’occasion de fréquenter ces merveilleux poissons de très près et de les nourrir s’ils sont téméraires.

Sécurité 

Aucun problème de sécurité en Polynésie ; les vols sont encore rares.

Sports 

Impossible d’aller en Polynésie sans s’adonner à la plongée sous-marine.
C’est l’endroit idéal pour faire ses premières armes sous la mer et découvrir une faune particulièrement remarquable.
Si l’on noue quelques amitiés locales, on peut s’essayer à l’art raffiné de la pirogue, simple, double ou multiple, ou à celui du surf ou du bodyboard. Certains sites ont une réputation internationale.
Bien que bruyant, le jet ski est un moyen de locomotion idéal pour découvrir les lagons et leurs motu.

« Tabu » 

Passé dans le langage courant sous la forme européanisée « tabou », le tabu, ou tapu, était la marque d’interdiction ancestrale qui frappait les propriétés et les lieux sacrés ainsi que tout ce qui leur était associé, y compris, par exemple, les tortues, mets réservé aux élites royales. Le tabu était également étendu, à certaines époques de l’année, à des ressources vivantes – arbres fruitiers de la montagne, poissons du lagon… -, prenant l’appellation de rahui : une façon de préserver les ressources naturelles en appliquant une forme de sagesse populaire teintée d’écologie avant la lettre.
Aujourd’hui, il ne faut déplacer aucune pierre ni tiki sur un site archéologique car, pour la plupart des Polynésiens, ces lieux sont encore vivants, et un tel acte passerait pour une profanation. Les panneaux « tabu » marquent également les limites de la propriété privée à respecter et la restriction de cueillette de fruits sur les arbres. Dans un cas comme dans l’autre, il faut demander une autorisation qui sera souvent accordée avec le sourire.

Tatouage 

C’est le marquisien le plus réputé, traditionnel au niveau du dessin mais pas au niveau de la technique, qui n’est plus ancestrale (aiguilles d’os et maillet en bois). Pour que le geste ait une vraie résonance culturelle, choisir un motif traditionnel (tortue, dauphin, tiki…) après s’être fait expliquer sa signification.
La plupart des grands hôtels sont en liaison avec des tatoueurs locaux, garantie supplémentaire d’un service de qualité. Mais s’assurer tout de même que ces derniers utilisent bien des aiguilles neuves.
Un conseil : mieux vaut se faire tatouer peu avant le départ, car on ne peut pas se baigner dans les 48 h qui suivent pour éviter toute infection.

Tiare 

Fleur nationale de Tahiti, elle est présente partout, dans la vie de tous les jours, en colliers odorants ou simplement glissée derrière l’oreille. Souvent offerte en signe de bienvenue dans les bâtiments publics, les magasins et les aéroports.

Transports intérieurs 

Vols inter-îles 
Air Tahiti programme des vols réguliers entre Tahiti et la plupart des îles de Polynésie française dont plusieurs vols quotidiens à destination des Iles-sous-le-vent, une desserte quotidienne des îles Marquises et les principales îles des Tuamotu Nord, et plusieurs fois par semaine des liaisons avec les îles Australes.
Ces îles peuvent être découverte à un tarif intéressant grâce aux pass proposés par Air Tahiti.
Bon à savoir : la franchise bagage est limitée à 20 kg par personne pour les passagers en correspondance avec un vol international et une franchise supplémentaire de 5 kg est offerte aux plongeurs sur présentation des cartes de plongeurs.
Renseignements et réservation www.airtahiti.com ; reservation@airtahiti.pf
Air Moorea, filiale de Air Tahiti, assure la desserte depuis l’île sœur, Moorea, avec 36 vols quotidiens.
Réservation : reservation@airmoorea.pf

Croisières 
La croisière peut s’avérer un moyen agréable de découvrir l’archipel de la Société, que ce soit à bord du Paul-Gauguin (une semaine) ou du Tahitian Princess (dix jours), luxueux paquebots au départ de Papeete, ou bien à bord du Haumana, superbe catamaran à moteur au service irréprochable au départ de Bora Bora.

Goélettes 
Elles relient Papeete aux différents archipels pour transporter des vivres, du matériel et des insulaires peu fortunés. Le voyage est souvent long, peu confortable, mais l’ambiance à bord et les rencontres sont irremplaçables.
De nombreux départs sont programmés chaque semaine vers les îles Sous-le-Vent, les Tuamotu, les Gambier et les Australes. Le plus célèbre de ces caboteurs de charme est sans conteste l’Aranui, qui relie Papeete aux Marquises via les Tuamotu une fois par mois et qui a su développer ce service jusqu’à en faire un véritable must.

Trucks 
C’est le mode de transport le plus populaire dans les îles. Ces autobus d’un genre un peu spécial n’ont rien de folklorique ni de fantaisiste, si ce n’est leurs horaires et les stations où ils sont censés embarquer et débarquer leurs passagers.

Usages et politesse 

Le tutoiement constitue une tradition des plus anciennes de la langue polynésienne. Il a été naturellement étendu par les habitants de l’archipel lorsqu’ils se sont mis à parler français. Mais, attention, il n’est pas synonyme de familiarité et il est même déplacé dans certains échanges avec le personnel des grands hôtels, des administrations ou avec les commerçants. Si les codes vestimentaires sont très souples, le quotidien, imprégné de religion, ne laisse pas de place au laisser-aller. Ainsi, le nudisme n’est généralement toléré que sur quelques motu isolés.

Vanille 

Produit agricole de référence en Polynésie, la vanille, qui provient essentiellement de Tahaa et de Moorea, se décline en gousse, poudre et liqueur. Très parfumée, celle de Tahiti est moins chère et de meilleure qualité que celle que l’on trouve dans les supermarchés français.

Combien ça coûte ?

(Prix indicatifs)

Une bouteille d’eau 75 CFP / 0,65 €
Un café 200 CFP / 1,75 €
Un poisson cru au lait de coco 1 000 CFP / 8,45 €
Une bière Hinano 33 cl 150 CFP / 1,30 €
Un pareu 1 200 CFP / 10 €
Un ticket de truck 200 CFP / 1,75 €
Un litre de super 148 CFP / 1,24€
Une plongée 6 300 CFP / 55 €
Un collier avec une belle perle 18 000 CFP / 150 €
Une journée de location de voiture 11 000 CFP / 90 €

Lire la suite du guide