Achats et artisanat

On trouvera sans problème de quoi remplir sa valise et combler ses proches de cadeaux, qu’on apprécie le kitsch ou le raffiné. Ne pas hésiter à acheter dans les souks plutôt que dans les boutiques des grands hôtels qui vendent les mêmes produits beaucoup plus cher. Une règle d’or : marchander, marchander, mais toujours avec le sourire.

Bijoux

Pour les femmes bédouines, les bijoux représentent un véritable capital. D’où leur importance et le foisonnement de parures diverses que l’on peut trouver : bracelets, colliers, bagues, fibules, amulettes, en or (souvent du 21 carats) et en argent. Les pierres et les motifs possèdent des significations symboliques : la perle bleue protège du mauvais œil, les croissants de lune et les poissons jouent eux aussi un rôle protecteur.

Bois

Coffres, tables et boîtes finement travaillées, parfois incrustées de nacre, ont longtemps été la marque de l’art décoratif damascène. Au xixe siècle, les artisans utilisaient la nacre et l’os. Aujourd’hui, ils sont remplacés par des matériaux synthétiques et les pièces proposées dans les souks sont de nettement moins belle facture.

Amman Ville basse (place du marché - échope) © tangka

Amman Ville basse (place du marché – échope) © tangka

Tapis

Dans la région de Madaba, le tissage est soutenu par de nombreuses associations et les femmes se sont adaptées aux goûts contemporains, délaissant les couleurs vives d’autrefois pour des tons plus pastel.

Tissus

Robes, châles, tuniques, vestes, coussins, tissus muraux : la broderie sur soie reste un artisanat florissant, notamment à Kerak et Madaba, en Jordanie.

Verrerie et céramique

Les artisans tirent leur savoir-faire d’Hébron, en Cisjordanie. Les plus grands ateliers sont installés à Amman. Leur « marque de fabrique » : du verre soufflé bleu roi et des céramiques blanches et bleues.

Arrivée

Les services d’immigration demanderont au visiteur étranger de remplir une fiche de renseignements.

Change

Les banques sont ouvertes de 8 h 30 à 13 h, puis du milieu de l’après-midi jusqu’à 17 h 30 en hiver, 18 h en été. Elles sont fermées le vendredi, ainsi que les dimanche et jeudi après-midi. Dans les grandes villes, on peut également changer de l’argent dans de petits bureaux.

Cuisine et boissons

La cuisine arabe, surtout libanaise, régale les papilles dans tout le Proche-Orient.

Mezze

Cet assortiment de hors-d’œuvre froids et chauds peut constituer un repas à lui seul. Voici les plus fréquents :
– Moutabbal ou baba ghanoush : purée d’aubergines mêlées à du tahini, des grains de sésame écrasés, très aillé.
– Hommous : même préparation que ci-dessus, mais les aubergines sont remplacées par des pois chiches.
– Foul : fèves longuement cuites. Dans ses variantes, il peut être servi avec une quantité de choses (crème, viande de bœuf séchée, ail, œufs, etc.)
– Kikkeh : boulettes de hachis d’agneau et de blé concassé. Elles se mangent crues ou cuites, nappées de yaourt.
– Fattayer et sambousak : beignets farcis de légumes, d’épinards, de fromage ou de viande.
– Tabouleh : internationalement connu, mais se déguste ici dans sa version originale, c’est-à-dire avec beaucoup de persil, des tomates, des concombres et très peu de blé concassé.
– Waraq ‘inab : feuilles de vigne farcies.

Plats principaux

Les grillades, des kebab (agneau) aux shish taouk (brochettes de poulet mariné), sont en général servies avec du blé concassé ou du riz.
Le poulet mussakhan est cuit au four avec des oignons et des pignons de pain.
Le mensaf, plat traditionnel bédouin, est considéré comme le plat national jordanien. L’agneau est longuement cuit avec des épices dans une sauce au yaourt et servi avec du riz. Peu de restaurants en proposent.
Le poisson est toujours plus cher que la viande, mais il est très consommé, frit ou grillé, sur les littoraux de la mer Rouge et de la Méditerranée.

Desserts

Les amateurs de pâtisseries seront servis… à condition d’apprécier le sucre sans modération. La baqlawa, pâte feuilletée aux noix nappée de miel, est reine en ce domaine. Citons également, sans viser l’exhaustivité, la basboussa, à base de semoule et de miel, et le kunafi, dont les cheveux d’ange enserrent des noix pilées.

Boissons

Ici comme ailleurs, les boissons gazeuses et sucrées tiennent le haut du pavé. On préfère les jus de fruits fraîchement pressés, que l’on trouve à tous les coins de rue, et les boissons lactées chaudes ou froides, salées ou sucrées. Une mention spéciale, bien sûr, pour le thé et le café, consommés sans modération. L’un et l’autre se boivent très fort. Le café, dit « turc », est différent de celui que l’on connaît en Europe : on le fait bouillir et on le sert sans le filtrer. Le sucre est incorporé au moment de la cuisson. On n’aura aucun problème pour trouver de l’alcool, local ou importé. En apéritif, on déguste l’arak, qui ressemble à l’ouzo. Il existe aussi des bières fabriquées localement. L’eau du robinet est potable, mais si l’on préfère boire de l’eau minérale, on en trouvera sans difficulté.

Electricité

220 volts. Prises du type européen.

Hébergement

En période creuse, il est partout possible de négocier les tarifs des hôtels. L’hôtellerie est assez variée : on trouve des hôtels de catégorie internationale, des hôtels intermédiaires (deux et trois étoiles) et des hôtels de basse catégorie. Certains sites, comme Jerash, ne possèdent pas d’infrastructure hôtelière. A Petra, il est prudent de réserver, étant donné l’affluence touristique. Les prix pratiqués sont moindres qu’en Europe.

Heure locale

Quand il est midi à Paris, il est 13 h à Amman.

Horaires d’ouverture

Les administrations sont ouvertes de 8 h à 14 h, fermées le vendredi. La plupart des bureaux sont ouverts de 8 h 30 (8 h en été) à 12 h 30 et de 15 h 30 (15 h en été) à 18 h. Ils sont fermés le vendredi et, pour certains, une demi-journée le dimanche. Les musées ouvrent leurs portes de 8 h à 17 h.

Informations touristiques

Il existe des offices du tourisme dans les grandes villes et sur les principaux sites. A Amman, un bureau, au ministère du Tourisme, enregistre les plaintes.

Jours fériés

Le jour de repos est le vendredi. Les fêtes islamiques suivent le calendrier lunaire et leur date varie donc d’année en année. Citons, pour les plus importantes, l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du ramadan, l’Aïd al-Adha, à la fin du pélerinage à La Mecque et le Hijriya, le nouvel an. Les fêtes chrétiennes sont calquées sur le calendrier grégorien.

Fêtes nationales

15 janvier : journée de l’Arbre
22 mars : fête de la Ligue arabe
25 mai : anniversaire de l’Indépendance.
10 juin : fête de l’Armée.

Langue

L’arabe est la langue officielle en Jordanie, en Syrie et au Liban. Le français et l’anglais sont également pratiqués.

Médias

Outre les quotidiens en arabe, il existe trois journaux de langue anglaise, dont The Star, qui comprend également une partie en français. La deuxième chaîne de télévision, JTV2, diffuse des programmes fournis par les chaînes françaises tous les jours de 18 h à 19 h 30.On pourra également écouter Radio France international.

Postes et télécommunications

En règle générale, les hôtels surfacturent les appels, locaux comme internationaux. Il vaut donc mieux privilégier les bureaux de poste ou les bureaux privés pour ses appels et envois de fax. Les postes sont ouvertes de 8 h à 17 h, fermées le vendredi. Le réseau de télécommunications est de bonne qualité.

Photo/film

Les pellicules sont moins chères qu’en Europe et faciles à trouver. Eviter de photographier ou de filmer les ponts, les installations militaires, les casernes. Pour les musées, quand la photo est autorisée, il faut acquitter un droit supplémentaire.

Pourboire

Il appartient aux usages. Glisser une pièce au bagagiste, à la femme de ménage. Dans les restaurants, il correspond à environ 10 % de l’addition.

Sécurité

En Jordanie, les vols et les agressions sont extrêmement rares, même dans les grandes villes. Les femmes peuvent voyager seules dans tout le pays, elles ne risquent pas d’être davantage importunées que dans la plupart des pays européens.

Sports

Activités nautiques, natation et tennis (dans les grands hôtels), randonnée dans le désert de Wadi Rum, trekking (dans l’une des nombreuses réserves naturelles toutes aussi somptueuses les unes que les autres), plongée sous-marine dans la Mer Rouge : entre deux visites, on aura le loisir, si on le désire, de pratiquer quelques sports. Les hôtels de catégorie internationale offrent tous des prestations dans ce domaine.

Transports intérieurs

Une liaison aérienne intérieure relie Amman à Aqaba quotidiennement. Des compagnies de bus publiques et privées, ainsi que des taxis collectifs, assurent la liaison entre Amman et les différentes villes du pays. Ces moyens de transport, pratiques et fiables, coûtent beaucoup moins cher qu’une voiture de location.

Usages et politesse

L’hospitalité est une coutume bien ancrée et volontiers appliquée. En retour, il faut se montrer aimable et souriant. Si l’on refuse une invitation, il faut le faire avec délicatesse, sous peine d’offenser son hôte. Si l’on est invité à partager un repas, apporter un cadeau, mais ni nourriture, ni boisson, cela froisserait. En public, éviter les effusions entre hommes et femmes : les rapports entre les sexes peuvent être chaleureux, mais une distance doit être conservée.

Combien ça coute ?

Un café : 1,4 €
Une bouteille d’eau minérale : 1,2 €
Un litre d’essence : 0,5 €

Lire la suite du guide