Achats et artisanat

L’Irlande multiplie les boutiques attrayantes, les magasins artisanaux, et, dans les villes, les centres commerciaux. On y trouve notamment du tissu en laine pour costume, de la pure laine pour le tricotage ou le tissage, des écharpes, des casquettes et des vestes de tweed pour femme et homme, des pull-overs des îles d’Aran en grosse laine torsadée. Les antiquités sont plutôt chères à Dublin, plus accessibles et très variées à Cork. Pour les amateurs : le cristal de Waterford et de Tipperary, les instruments de musique, meilleur marché que sur le continent, les vêtements de pêche et de chasse. On pensera aussi à la bière, au whiskey et au saumon fumé, les trois vedettes gourmandes de l’île. Grand choix de disques, cassettes et CD, plus accessibles à Belfast qu’à Dublin. L’Irlande du Nord vaut aussi pour le pur lin, la dentelle de Carrickmacross, la poterie, les lainages, sans oublier ses bibelots en tourbe comprimée.

Arrivée et départ

La république d’Irlande compte quatre aéroports internationaux : Dublin (tél. : 1-844 49 00), Cork (tél. : 21-313 131), Shannon (tél. : 61-471 664) et Knock (tél. : 94-67 247) ; l’Irlande du Nord, deux : Belfast (tél. : 01232-422 888) et Derry (tél. : 01574-810 784). Nombreuses correspondances, notamment vers Galway, Sligo et Waterford. Deux ports accueillent les ferries : Rosslare (tél. : 53-336 22) et Dun Laoghaire (tél. : 1-605 77 97).
La circulation est souvent dense entre le centre-ville et l’aéroport de Dublin : toujours partir un peu en avance, pour ne pas manquer l’avion. Avant d’embarquer, quelques bonnes boutiques permettent de réaliser des achats de dernière minute, notamment pour les vêtements et les produits gastronomiques. Le bureau de change de l’aéroport de Dublin est ouvert tous les jours de 6 h à 22 h.

Carte

Avant de partir en vacances, pensez à acheter une carte détaillée qui vous sera très utile durant votre voyage. Les cartes que vous trouverez sur place sont rarement en français et pas toujours très précises. Blay-Foldex propose plus de 100 cartes routières et touristiques, pour toutes les destinations en France et dans le monde. Vous pouvez acheter les cartes Blay-Foldex dans les principales librairies.

Centres d’interprétation

Peu fréquents en France, il s’agit de bureaux d’information, ouverts au public, où les particularités régionales – historiques, géographiques, économiques, sociales, etc. – sont examinées à la loupe. Ainsi, The Old Midleton Distillery de Midleton traite-t-elle du whiskey,The Leenane Cultural Centre de Galway des moutons du Connemara, The Queenstown Story de Cobh de l’immigration irlandaise. La plupart du temps, ces centres d’interprétation constituent, à la fois, la clé et l’âme de chaque région. A ne pas manquer.

Change

Attention, l’euro, qui a maintenant cours en République d’Irlande, et la livre sterling, monnaie officielle de l’Irlande du Nord, ne sont pas interchangeables.

Cuisine et boissons

En quelques années, la cuisine irlandaise a accompli des progrès considérables. A tous les niveaux, les bonnes adresses se sont multipliées sur l’île. Tout existe sur place : des légumes cultivés naturellement, des bêtes qui broutent une herbe succulente et fournissent une viande de qualité, une mer qui génère un impressionnant choix de poissons, coquillages et crustacés. Une nouvelle génération de chefs, venant parfois de France, utilisent à merveille tous ces produits. Les pubs proposent souvent d’excellentes soupes et des plats simples et copieux à petit prix (sur la carte, ces derniers sont désignés sous le nom de Pub Grub) ; c’est là qu’il convient de goûter à l’Irish stew, pot-au-feu à la mode irlandaise. Il faut savoir que, dans les grandes villes comme dans les petits bourgs, les meilleurs restaurants sont souvent ceux des hôtels. On ne doit jamais hésiter à pousser leur porte midi et soir, à l’image des Irlandais, même pour y prendre une simple tasse de café. Sur réservation, certaines fermes servent de remarquables dîners. Quant à l’Irish breakfast traditionnel, il constitue un grand moment de bonheur avec, entre autres, des saucisses, des œufs, du boudin, des haricots et des beignets de pommes de terre râpées. En Irlande du Nord perdure la coutume du high tea : un repas léger servi vers 18 h. La boisson la plus communément répandue est la bière, cette fameuse stout à mousse onctueuse que les vrais amateurs dégustent tiède. L’Irlande propose également de bons cidres, parfois à la pression, un whiskey dont la réputation n’est plus à faire, et, bien sûr, le fameux Irish coffee, mélange subtil de whiskey, de café brûlant et de crème fraîche.

Night Life in Cork, Ireland © Erik Charlton

Night Life in Cork, Ireland © Erik Charlton

Electricité

220 volts. Prises électriques à trois fiches presque partout, sauf pour les rasoirs dans les hôtels (adaptateurs en vente sur place).

Gaeltacht

Nom donné aux régions d’Irlande où la langue irlandaise et la culture celte ont été sauvegardées. Elles sont très limitées aujourd’hui. Renseignements possibles auprès de Comhdhail Naisiunta na Gaeilge, 46, Kildare Street, Dublin 2, et Gael Lin, 26, Merrion Square, Dublin 2.

Hébergement

D’un modeste B&B à un fastueux château-hôtel, il y en a pour tous les goûts. Les B&B, fermes et terrains de camping reconnus par l’Office national du tourisme irlandais bénéficient d’une enseigne en forme de double trèfle. C’est là une garantie de qualité, à ne pas négliger lors du choix d’un gîte. Depuis quelques années, un nouveau sigle désigne également les hôtels et les guesthouses recommandés : un grand trèfle qui, de plus, signale la classification officielle des établissements retenus. Pour la république d’Irlande et l’Irlande du Nord, il existe un système de réservation centrale pour tous les types d’hébergement (appel gratuit), tél. : 00 353 800 668 668 66, entre 9 h et 21 h, sept jours par semaine. Les guesthouses, souvent plus petites que les hôtels et gérées par leurs propriétaires, sont classées de 1 à 4 étoiles et jouent la carte du charme. Les gentilhommières, elles, sont de magnifiques demeures de campagne, maisons de maître ou petits manoirs, la plupart du temps plantées au cœur d’un parc plusieurs fois centenaire. On peut également loger chez l’habitant, du B&B citadin ou campagnard à la véritable ferme, en passant par de belles demeures privées du XVIIIe et XIXe siècle.

Heure locale

Dans la zone horaire de la Grande-Bretagne, l’Irlande vit avec une heure de décalage sur la France, la Belgique et la Suisse. Lorsqu’il est midi à Paris, il est 11 h à Dublin.

Horaires d’ouverture

Des magasins : de 9 h à 17 h 30 ou 18 h, du lundi au samedi.
Nocturnes les jeudis jusqu’à 21 h. Certains centres commerciaux et magasins sont ouverts le dimanche après-midi dans les grandes villes. Les épiceries qui vendent des journaux restent ouvertes le dimanche.
Des pubs : de 10 h 30 à 23 h 30 du lundi au samedi. Le dimanche, de 12 h 30 à 14 h et de 16 h à 23 h. En hiver, fermeture 30 min plus tôt le soir. Fermeture plus tardive quand le pub fait également restaurant.
Des banques : de 10 h à 16 h du lundi au vendredi, souvent jusqu’à 17 h le jeudi.

Informations touristiques

Outre les bureaux d’informations touristiques, qui fournissent cartes et brochures, la plupart des hôtels et des sites les plus visités disposent d’une abondante documentation distribuée gratuitement. Elle est souvent en langue française dans la république d’Irlande, presque exclusivement en langue anglaise en Irlande du Nord. Pour les amoureux de l’Irlande, possibilité de s’abonner au magazine Ireland of the Welcomes, publié, en anglais, par l’Office national du tourisme. Il paraît tous les deux mois et traite de sujets touristiques, culturels, artistiques (PO Box 5704, Dublin 8).

Médias

L’Irlande possède deux chaînes publiques de télévision, RTE 1 et Network 2, trois radios nationales, plus un grand nombre de radios locales.
Les quatre chaînes de télévision britanniques sont captées dans presque toute l’île. La plupart des hôtels sont câblés. Les Irlandais demeurent très fidèles à la presse écrite. La république d’Irlande est forte de six quotidiens nationaux, dont le très respecté Irish Times, de cinq journaux du dimanche et d’un éventail impressionnant de titres régionaux ou locaux. En Irlande du Nord, le quotidien le plus réputé est le Belfast Telegraph. La presse internationale n’est présente que dans les grandes villes, et avec un certain retard.

Photos

Les pellicules sont beaucoup plus chères en Irlande qu’en France : jusqu’au double du prix. Il faut donc les acheter avant de partir.

Poste et télécommunications

Les bureaux sont ouverts de 9 h à 17 h 30 du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h 30 le samedi. Tarifs pour le continent : lettre normale, 0,70 €; carte postale, 0,35 €. Poste restante dans tous les bureaux de poste principaux. Les bureaux de poste et marchands de journaux vendent des télécartes (de 10 à 100 unités) pour téléphoner à partir des cabines publiques. Il reste quelques téléphones à pièces, exigeant une bonne poignée de petite monnaie.Pour appeler la France de la république d’Irlande, composer le 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial. Pour appeler la république d’Irlande de la France, 00 + 353 + indicatif de la ville sans le 0 initial + numéro du correspondant.Pour appeler la France de l’Irlande du Nord, 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial. Pour appeler l’Irlande du Nord de la France, 00 + 44 + indicatif de la ville sans le 0 initial + numéro du correspondant.

Pourboires

On ne donne jamais de pourboire dans les théâtres, ni les cinémas.
Dans les hôtels et les restaurants, on a coutume de laisser environ 10 % de la note, ainsi que 10 % du montant de la course aux chauffeurs de taxi.

Randonnée pédestre

Un moyen privilégié pour découvrir l’Irlande. Les autorités entretiennent plus de 300 forêts de toutes les dimensions, ouvertes au public, et la plupart des sentiers de randonnée sont balisés avec beaucoup de soin. Le plus pittoresque d’entre eux, le Wicklow Way, est connu des randonneurs du monde entier. Les cartes d’état-major permettent d’organiser des randonnées sur mesure avec l’aide des Irish Walk Guides. Toujours prévoir un coupe-vent, des chaussures montantes, une Thermos de café ou de thé et une paire de chaussettes de rechange. En Irlande du Nord, l’Ulster Way offre un réseau de 900 km de sentiers balisés qui ceinturent le pays.

Sécurité

Passée, presque sans transition, du XIXe au XXIe siècle, l’Irlande a laissé quelques plumes dans sa course à la modernité. Sa campagne demeure très sûre. Dans ses centres touristiques et ses grandes villes, les petits vols sont plus fréquents. Il est recommandé de bien fermer sa voiture quand on la laisse et de ne rien y laisser d’apparent, surtout pas d’objets de valeur. De toujours garder sur soi son argent et ses papiers. De ne jamais laisser un bagage sans surveillance. Et, à Dublin, de se méfier des quelques gamins mal embouchés et de la poignée de voyous qui hantent parfois Temple Bar et sa périphérie. Depuis quelques années, la capitale irlandaise connaît quelques problèmes de drogue. Mais qu’on se rassure : l’Irlande demeure un des pays les plus hospitaliers de toute l’Europe. Et, en cas d’incident, il y a toujours un ou deux Dublinois pour voler immédiatement au secours d’un touriste en difficulté. Avec le troisième millénaire, la gentillesse irlandaise est toujours d’actualité.

Sports

Le sport et la compétition occupent une place primordiale dans le cœur des Irlandais. Certains sports sont propres à l’île. Ainsi le hurling, beaucoup plus populaire que le rugby. Il s’agit là d’un jeu proche du hockey sur gazon, pratiqué en Irlande depuis plusieurs siècles. Le football gaélique, lui aussi, suscite l’enthousiasme des foules. Il se joue à la fois au pied et à la main. Quant au hand-ball gaélique, il s’apparente à la pelote basque. Moins célèbres, d’autres activités sportives sont encore plus étonnantes. C’est le cas du beagling, une sorte de chasse à courre… à pied, sans mise à mort de l’animal poursuivi. Ou du road-bowling, qui consiste à aller d’un village à l’autre en jetant une boule devant soi. Et puis, bien sûr, il y a les courses, de chevaux mais aussi de lévriers. Les unes et les autres se déroulent tous les jours de l’année, avec des bookmakers qui sont un spectacle à eux seuls !

Transports intérieurs

Avion
Liaisons régulières entre Dublin, Shannon, Cork, Knock, Sligo, Galway et Killarney. Autres liaisons aériennes entre Galway et les îles d’Aran. Tél. : (091) 59.30.34.

Autocars et trains
Un très bon réseau ferré relie Dublin aux grandes villes. Les trains sont assez lents. Il faut environ 2 h 15 pour rallier Limerick, 2 h 30 pour Cork, 3 h pour Galway, 3 h 20 pour Sligo. Des bus desservent les lieux ignorés des chemins de fer, mais à une fréquence beaucoup plus modeste l’hiver que l’été. En saison, un autocar express assure la liaison Rosslare-Galway à l’arrivée du ferry en provenance des côtes françaises. Irish Rail, tél. : (1) 703 23 58.
Bus Eireann, tél. : (1) 836 61 11.
En Irlande du Nord, grande variété d’excursions en autocar d’une journée au départ de la gare routière Europa Bus Centre de Belfast.

Bacs
Trois bacs raccourcissent sensiblement les trajets en franchissant l’estuaire d’un fleuve : sur l’estuaire du Shannon entre Tarbert au sud et Killimer au nord (durée 20 min). Sur l’estuaire de Waterford entre Ballyhack à l’est et Passage East à l’ouest (durée 10 min). De Glenbrook, près de Douglas, à Carrigaloe, près de Cobh (durée 5 min).

Roulottes
Elles ont participé au succès touristique de l’Irlande. Aujourd’hui, compte tenu des contraintes de la circulation automobile, on ne les utilise plus guère que sur des itinéraires imposés, surtout dans la région de Cork. Les déplacements sont très lents : pas plus de 15 km par jour. Et, le plus souvent, ils s’effectuent en cortège de plusieurs roulottes. Ce mode de déplacementlà s’adresse surtout aux nostalgiques de la conquête de l’Ouest !

Vélo
Les distances sont courtes, la campagne superbe, le vélo constitue vraiment un moyen enthousiasmant de découvrir l’Irlande, le pays mais aussi ses habitants. Mieux vaut, cependant, posséder de bons mollets : l’île collectionne les collines. Pour la location d’un vélo, compter 50 € par semaine ou 12,50 € par jour, assurance comprise. Après entente avec le loueur, on peut restituer la bicyclette en un lieu différent de celui de la location.

Voiture
Attention : en république d’Irlande comme en Irlande du Nord, on roule à gauche. Le réseau routier irlandais est dense, la chaussée en bon état sur les grands axes, inégale sur les routes secondaires : elles sont souvent étroites, sinueuses et riches en nids-de-poule. Au sud, les panneaux indicateurs sont doublement libellés, en gaélique d’abord, en anglais ensuite. Quant aux distances, elles sont tantôt indiquées en miles, tantôt en kilomètres. Un bon conseil pour s’y retrouver : les premières figurent sur des panneaux à fond noir, les secondes sur des panneaux à fond vert… du moins, en règle générale. Les petites routes ne sont pas réservées qu’aux automobilistes. Les moutons, les oies, les ânes, les vaches, les chiens y ont également droit de cité. Bref, conduire en Irlande n’est pas de tout repos. En ville, la vitesse est limitée à 50 km/h, sur les routes principales à 100 km/h, sur les autoroutes, encore très rares, à 110 km/h. Pour toute l’Irlande, le numéro d’appel en cas d’accident est le 999, à n’utiliser qu’en cas de blessés. L’essence est moins chère qu’en France, le gazole, non détaxé, est plus cher.

Usages et politesse

Les Irlandais demeurent courtois, bavards, curieux de l’autre. Mais ils restent souvent sur la réserve tant que le visiteur n’accomplit pas le premier pas. De toute évidence, leur chaleur naturelle est tempérée par une certaine timidité. La glace brisée et les présentations faites, on s’appelle très vite par son prénom. A la campagne, il est bien vu de se saluer quand on se croise en voiture. En revanche, la poignée de main n’est pas un geste habituel. C’est plutôt le hochement de tête qui a cours. Quant à la bise amicale, si chère aux Français, elle n’est pratiquée que par la nouvelle génération, et avec modération. Dans un pub, le bon usage veut qu’on ne paie jamais la première tournée quand on se trouve en compagnie d’Irlandais, mais qu’on offre la seconde.

Combien ça coûte ?

(prix indicatifs) 
1 pint de Guinness : 3,70 €
1 déjeuner dans un pub : 12/20 €
1 permis de pêche pour trois semaines : 50 €
1 pain brun : 2 €
1 casquette de tweed : 50 €
1 kg de saumon fumé : 30/50 €
250 g de thé : 3/5 €
1 pull-over des îles d’Aran : 50/80 €
1 litre d’essence sans plomb : 1,50 €
1 jour de location d’un dériveur avec moniteur : 252 €

 

Lire la suite du guide