Achats et artisanat

Le « Danish Design » se décline sur de nombreux thèmes, des arts de la table à la décoration d’intérieur et aux bijoux en argent ou en ambre. On retrouve ses lignes pures, souvent inspirées des éléments naturels, dans les détails du paysage urbain et dans les boutiques, à des niveaux de prix qui vont du grand luxe à la grande distribution. De jolies idées de cadeaux sont à trouver dans les ateliers et boutiques de céramique et de verre soufflé.A un niveau de prix supérieur, l’orfèvre Georg Jensen ou les arts de la table de Royal Copenhagen valent aussi le coup d’œil. Un grand magasin de Copenhague est consacré presque exclusivement aux objets design. Il s’agit d’Illums Bolighus, situé sur Amagertorv, à côté de Royal Copenhagen. 

Arrivée

L’aéroport de Kastrup est un reflet assez parlant de la prospérité du pays. La déco, les boutiques, les matériaux, les services aux voyageurs donnent à l’arrivée dans la capitale une impression de luxe sobre et d’efficacité. La ligne de chemin de fer qui passe au fond du hall d’arrivée dans le Terminal 3 permet de rejoindre le centre-ville en 12 minutes. Un guichet se trouve juste avant la descente sur le quai, et permet de se procurer dès l’arrivée les cartes de transport nécessaires aux déplacements durant le séjour ou la Copenhagen Card. 

Bière

Comme dans les pays anglo-saxons, øl (la bière) a longtemps été la boisson traditionnelle au Danemark, et il est courant d’en boire à l’heure du déjeuner ou en fin d’après-midi. Les bières danoises se sont beaucoup diversifiées depuis l’arrivée sur le marché de vins à des prix abordables. 

Boulangeries

Avec leur enseigne en forme de kringle (viennoiserie semblable à un bretzel alsacien), les boulangeries sont facilement reconnaissables. Outre de multiples variétés de pain et des viennoiseries, on y trouve généralement le journal du jour et les produits de première nécessité pour le petit déjeuner comme de la confiture, du lait, du beurre, du fromage, du jus de fruit. Les boulangeries ouvrent vers 6 h et ferment vers 17 h. 

Carte

Avant de partir en vacances, pensez à acheter une carte détaillée qui vous sera très utile durant votre voyage. Les cartes que vous trouverez sur place ne sont pas en français. Blay-Foldex propose plus de 100 cartes routières et touristiques, pour toutes les destinations en France et dans le monde. Vous pouvez acheter les Blay-Foldex dans les principales librairies. 

Change

On trouve des bureaux de change dans les centres-villes. A Copenhague, sur Strøget et Købmagergadepar exemple, ainsi que dans les aéroports et dans les gares, où le cours est souvent plus intéressant qu’en ville. Les banques sont quant à elles ouvertes de 9 h à 16 h sans interruption. 

Copenhagen Card

Valide pendant 24 ou 72 heures, c’est à la fois une carte de transport, un ticket d’entrée dans plus de 70 attractions, et une carte de réduction sur 22 sites. Elle est vendue avec un descriptif des différents lieux auxquels elle donne accès. Prix de la Copenhagen Card : adultes 24 heures : 199 Kr., 72 heures : 429 Kr. ; enfants (10 à 15 ans) 24 heures : 129 Kr., 72 heures : 249 Kr. Si les réductions auxquelles elle donne droit sont intéressantes, il faut néanmoins être sûr d’en avoir besoin. Car si on se limite à une ou deux visites par jour, mieux vaut acheter une klippekort (carte à poinçonner) pour les déplacements et acheter son entrée dans chaque attraction. 

Cuisine et boissons

Les Danois sont, sauf à la campagne, très imprégnés des cultures culinaires française et italienne. On trouve dans n’importe quel supermarché les ingrédients méditerranéens. Traditionnellement, on ne cuisine pas à midi, le plat chaud est remplacé par un « smørrebrød », (tartine de pain de seigle agrémentée de salaisons, de crustacés, de viande froide), un sandwich ou… un hamburger. Mais les traditions culinaires, souvent liées – comme le canard de Mortens Aften ou le riz à l’amande de Noël – aux fêtes, reprennent depuis quelque temps de l’importance. Les inconditionnels du déjeuner du dimanche sont les « silds »(harengs marinés), la salade de pommes de terre, la terrine de foie, les salaisons et le fromage à pâte dure, toujours accompagnés de « rugbrød » (le pain noir à la farine de seigle). Des vins d’origines très variées font aujourd’hui concurrence à la bière, ce qui provoque depuis quelques années un dynamisme accru chez les brasseurs qui font preuve de beaucoup de créativité pour conserver le marché. 

Electricité

Les prises électriques sont les mêmes qu’en France, en Suisse et en Belgique. Nul besoin par conséquent d’adaptateur pour le rasoir électrique ou le sèche-cheveux. 

Hébergement

Selon qu’on choisit de séjourner en chambre d’hôte, à l’auberge de jeunesse, à l’hôtel ou de louer une maison de vacances, les prix et les possibilités varient, mais en général, il est utile de commencer par se renseigner à l’office de tourisme si on n’a pas réservé avant le départ. 

Copenhagen © Guillaume Baviere

Copenhagen © Guillaume Baviere

Heure locale

Il n’y a pas de décalage horaire avec la France, la Suisse et la Belgique. 

Horaires d’ouverture

Les magasins ouvrent le plus souvent à 10 h et ferment à 17 h, mais ils ne ferment pas à l’heure du déjeuner. Les banques, offices de tourisme et bureaux ouvrent entre 8 h et 9 h et ferment au public à 16 h. 

Hygge

Cette notion, ou l’adjectif « hyggeligt » qui s’y rapporte est quelque chose de typiquement danois. C’est une façon de décrire une atmosphère, un lieu ou un moment sympathique, chaleureux. Les Danois sont de fervents pratiquants du « hygge » par lequel ils entendent, par exemple, une soirée réussie dans un lieu et avec des proches qu’ils apprécient. 

Informations touristiques

L’office de tourisme de Copenhague se trouve non loin de la gare centrale, à l’angle de l’enceinte de Tivoli et de Vesterbrogade. On y trouve des ordinateurs mis à disposition du public pour consulter les informations et faire des réservations par Internet, de nombreuses brochures et un personnel multilingue(Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 16 h et le samedi de 9 h à 14 h). Un site Web permet également de récolter de nombreuses informations en ligne avant le départ, y compris sur les prix des chambres, les possibilités de transports, les visites guidées, etc. : 

Jours fériés

Noël : les 25 et 26 décembre, et pour certains aussi le 24.
Jour de l’an : 1er janvier.
Store Bededag : le 4e vendredi après Pâques ainsi que le jeudi de l’Ascension (40 jours après Pâques), et la Pentecôte (50 jours après Pâques).
1er mai : un demi-jour férié, et pour certains un jour entier. 

Langues

Le danois est la langue officielle mais les Danois, qui sont de grands voyageurs, parlent généralement l’anglais ou l’allemand. Le français est moins répandu mais à Copenhague, il arrive qu’on le parle dans les hôtels ou les grands magasins. 

Médias

Politiken, Berlingske Tidene et Jyllands Posten sont les trois grands quotidiens nationaux. Danmarks Radio, qui rassemble à la fois des programmes de radio et de télévision, emploie 3 300 personnes. Des chaînes privées apparaissent en 1988, mais jusqu’alors, DR détenait le monopole de l’information audiovisuelle et radiophonique. On peut se procurer la presse étrangère à l’aéroport et dans les gares. Dans le centre de Copenhague, on trouve tous les journaux au sous-sol des grands magasins Illum (Amagertorv) et Magasin du Nord (Kongens Nytorv). 

Photo et film

Les Danois sont plutôt décontractés et ne s’offensent pas si on les photographie, à condition de rester discret et courtois. Quand les flashs et les caméras sont interdits dans les musées, il est conseillé de le respecter car les gardiens sont généralement très vigilants. Pour faire développer des photos au Danemark, aux kiosques des grandes surfaces comme chez les photographes, il faut compter une semaine. 

Poste et communications

Les boîtes aux lettres danoises sont repérables de loin : elles sont rouge écarlate et ornées du cor jaune de la Poste. Le courrier met environ trois jours pour la France, la Suisse et la Belgique, et le timbre pour une lettre classique ou une carte postale coûte 6,50 Kr. pour l’Europe, et 7,50 Kr. pour le reste du monde. A Copenhague, le bureau de poste de la gare centrale est ouvert jusqu’à 22 h. Pour téléphoner au Danemark depuis la France, composez l’indicatif international (00 45), puis le numéro. Pour appeler la France, composez le (00 33), puis le numéro sans le 0 du n° français. Des cartes de téléphone prépayées en vente à la poste offrent des tarifs très avantageux pour les communications à l’étranger. Il est bon néanmoins de se renseigner, car elles proposent des réductions différentes selon les pays. 

Pourboire

Le service est compris dans les restaurants et les cafés. Dans les taxis, le pourboire est inclus dans le prix de la course. 

Sécurité

Le Danemark est un pays plutôt paisible, et les forces de l’ordre y inspirent généralement le respect. Si toutefois on a la malchance d’être la cible d’un vol ou d’une agression, il faut en informer la police au commissariat le plus proche. A Copenhague, le commissariat se trouve non loin de la gare centrale (Politigården, 1567 København V, tél. : 33 14 14 48). Une aide de première urgence aux victimes d’agressions est proposée par les services de la police, et dispensée par des professionnels de la Croix-Rouge (tél. : 21 20 91 70 ; 24 h/24). 

Seven Eleven (7-11)

Ces kiosques-supérettes américains sont très répandus à Copenhague. Ouverts 24 h/24, ils proposent de la restauration rapide, des boissons chaudes ou fraîches et permettent de se procurer à toute heure les produits de première nécessité. 

Sports

Le sport fait l’objet d’une attention politique toute particulière depuis que l’obésité est devenue un problème de santé publique. Dans les écoles comme dans les entreprises, on incite les Danois à pratiquer un sport, à se déplacer à pied ou en vélo. Les sports nautiques, la natation et la course à pied sont très pratiqués. Les piscines publiques sont très propres et souvent équipées de sauna. La douche y est obligatoire avant d’entrer dans l’eau, des éponges savonneuses sont même distribuées dans certains établissements. A Copenhague, le centre sportif de DGI-Byen près de la gare centrale propose, outre les activités sportives, un centre de relaxation et de massage, des bains à vapeur, un restaurant diététique, un centre hôtelier et de congrès et des animations culturelles. 

Transports intérieurs

En taxi 
A Copenhague, les taxis sont nombreux et presque tous équipés d’un lecteur de carte bancaire. Inutile donc de prévoir de la monnaie, ni pour payer la course, ni pour le pourboire qui est inclus dans le prix de celle-ci. Quelques exemples de compagnies de taxi : Codan Taxi,tél. : 70 25 25 25Taxa 4 x 35,tél. : 35 35 35 35Taxa Motor,tél. : 38 10 10 10.

En voiture 
Tous les grands loueurs de voitures européens sont présents à Copenhague, et au moins trois d’entre eux ont un guichet à l’aéroport et autour de la gare centrale. Attention néanmoins : on paie un surcoût de 300 à 400 Kr. depuis l’aéroport. Le stationnement dans le centre de la ville coûte de 7 à 20 Kr. de l’heure. Dans les quartiers périphériques, les deux premières heures de stationnement sont gratuites. Si on voyage avec sa propre voiture, il faut se procurer un cadran mobile (en vente dans les stations-service ou dans les offices tourisme) pour signaler l’heure de début du stationnement. Une amande forfaitaire de 510 Kr. est appliquée en cas fraude.

Transports collectifs 
Très bien desservie par les métros, les bus, et les S-tog (trains de banlieue), Copenhague se visite sans mal à l’aide des transports en commun. Les bateaux-bus en font aussi partie. On peut donc les prendre avec le même titre de transport. Le moyen le plus économique de circuler sans la Copenhagen Card est d’acheter une « klippekort » (carte à poinçonner). Ce système fonctionne par zones, et chaque titre de transport en couvre un certain nombre. La klippekort bleue couvre les 2 zones de la ville intra-muros (prix de la carte : adultes : 110 Kr., enfants : 55 Kr.). On poinçonne alors sa carte au début de chaque voyage : elle est valable 1 heure pour 10 trajets et le tableau des zones est affiché dans chaque station. Il existe aussi une carte hebdomadaire un peu plus chère, mais qui est sans limitation de trajet pendant 7 jours pleins. Et pour un adulte, deux enfants de moins de 12 ans voyagent gratuitement (prix de la FlexCard 7 jours : 185 Kr.). Attention ! dans les bus, il est interdit de monter par les portes arrière : il faut montrer son titre de transport validé au chauffeur avant le démarrage. Voyager sans ticket peut valoir une amende de 500 Kr.

Transports interrégionaux 
Les trains IC3 relient Copenhague aux grandes villes de province et offrent des conditions de confort agréables pour se déplacer sans fatigue. Ainsi les wagons « famille » sont équipés d’une place de jeux pour les enfants et les wagons « repos » sont prévus pour les passagers qui veulent lire ou voyager tranquilles. Il est néanmoins prudent de réserver une place aux heures de grande affluence, car les Danois voyagent beaucoup. Des tarifs intéressants sont disponibles si on réserve son billet à l’avance ou si on effectue un aller-retour dans la journée (billets Orange ou Endagsbillet). Renseignements sur www.dsb.dk ou à l’office de tourisme.

Vélos 
Les Danois circulent presque tous en vélo. On compte moins de 110 000 voitures immatriculées à Copenhague en 2005 pour plus de 500 000 habitants. La qualité du réseau cyclable permet de se rendre partout, et même les familles avec des enfants préfèrent souvent un triporteur ou une remorque à vélo à une deuxième voiture. Des stations de vélos-consignes sont réparties un peu partout dans le centre de Copenhague, selon le principe des caddies de supermarchés. Mais de nombreux loueurs de cycles proposent des forfaits de location à la journée ou à la semaine. Voici quelques bonnes adresses : Københavns Cykelbørs,Gothersgade 157, 1123 København K, tél. : 33 14 07 17et Københavns Cykler,Reventlowsgade 11, 1651 København V, tél. : 33 33 86 13

Usages et politesse

Les Danois sont plutôt décontractés au premier abord, ainsi est-on généralement accueilli par un Hej(Salut !) dans les boutiques ou les cafés-restaurants au lieu du traditionnel Goddag (Bonjour). Mais on n’en garde pas moins une réserve toute scandinave vis-à-vis des étrangers. Il arrive souvent qu’on échange un sourire avec des inconnus, mais cela ne signifie généralement rien de plus qu’une simple reconnaissance mutuelle. La conscience des règles collectives est très aiguë, ainsi n’est-il pas rare de se faire reprendre par un inconnu si on les enfreint. En faisant du vélo dans une rue piétonne, par exemple, ou en « oubliant » de faire la queue. On remarquera l’affichage systématique des règles à respecter à l’entrée des lieux publics comme les parcs, les forêts ou les plages. De même, le code de la route est strictement respecté, et il vaut mieux ne pas faire exception à la règle, sous peine de provoquer des réactions violentes des automobilistes comme des piétons. Enfin, si on est invité à dîner, il est d’usage d’apporter un petit cadeau à son hôte, mais attention… le présent ne doit surtout pas être trop clinquant, ce qui serait perçu comme de l’arrogance !

Combien ça coûte ?

(prix indicatifs)

Un café 20 Kr./ 2,5 €
Un sandwich 40 Kr./ 5 €
Un ticket de bus 17 kr./ 2,6 €
Un vélo-consigne 0 Kr. (20 Kr. de consigne)/ 2,5 €
Un timbre 6,50 Kr./ 0,85 €

Lire la suite du guide