Le Nil

Le Nil entre louxor et Assouan © Tangka Voyages

Le Nil entre louxor et Assouan

Avec ses 6 671 km, le Nil, en arabe Bahr el-Nil, est le plus grand fleuve du monde. La plus grosse quantité d’eau vient du Nil Blanc dont les sources sont le lac Victoria et le lac Albert. À Khartoum, capitale du Soudan débouche le Nil Bleu, provenant des hauts-plateaux d’Abyssinie. Après avoir traversé quatre pays, le Nil entre en Égypte à la hauteur de sa deuxième cataracte. 
Depuis des millénaires, les hommes ont su utiliser à leur profit le rythme naturel des crues du Nil. Ils vivaient de la puissance conférée à sa fécondité et lui prêtaient de ce fait des traits spanins. Les anciens Égyptiens appelaient le dieu- Nil ou plutôt la crue du Nil : Hâpy. À cause de sa fécondité éprouvée, ils le représentaient avec une poitrine féminine et un ventre généreux. 
De tous temps, la crue du Nil fut pour les Égyptiens la saison la plus importante de l’année, de par ses incidences sur l’agriculture, elle rythmait la vie des campagnes : inondation, hiver, été. Depuis l’Antiquité, cette crue était mesurée en coudées dans des nilomètres. Que la crue atteigne toujours son plus haut niveau possible était le voeu des Égyptiens, car c’est elle qui déterminait les années « grasses » ou « maigres ». Mais cet état de choses a cessé et la crue s’arrête désormais au sud d’Assouan. Avec les XIX e et XX e siècles, des réservoirs et des barrages de retenue ont été construits afin de mettre fin à cette dépendance séculaire des crues du Nil.

Lire la suite du guide