3 - Un pays, une histoire, des hommes


Personnages célèbres

Abdelaziz Bouteflika - portrait © Πρωθυπουργός της Ελλάδας

Massinissa (238 av. J.-C.-148 av. J.-C.)

Puissant roi numide, Massinissa reste le personnage le plus emblématique de l'histoire berbère. Il combat aux côtés de Scipion lors de la deuxième guerre punique qui oppose, à la fin du IIIe siècle av. J.-C., Rome à Carthage. Après la victoire, il reprend à son adversaire, le Masaesyle Syphax, la majeure partie de l'Afrique du Nord. Il fédère plusieurs tribus, favorise les échanges commerciaux et fait de Cirta la capitale du premier état numide. L'émergence de ce nouveau royaume inquiète cependant Rome qui s'empresse de mettre un frein aux entreprises de Massinissa. Il meurt en 148 à l'âge de 92 ans. Son corps aurait été inhumé dans le tombeau de Medracen, dans les Aurès.

Kheir ed-Din Barberousse (1476-1546)

Redouté aux quatre coins de la Méditerranée, Kheir ed-Din Barberousse, membre d'une famille d'illustres corsaires turcs, est appelé à la rescousse pour libérer les ports algériens de l'armée espagnole. Alors que son frère, Baba Aroudj, est fait prisonnier et meurt à Tlemcen, Kheir ed-Din défait l'Invincible Armada et s'établit à Alger qu'il transforme en repère de pirates barbaresques. Il meurt en 1546 à Istanbul.

L'émir Abd el-Kader (1808-1883)

L'émir Abd el-Kader incarne le symbole de la résistance algérienne à l'occupation. Né à Mascara en 1808, il mène dès 1832 la lutte contre l'armée française. Fin stratège, il remporte sur ses adversaires des batailles décisives et obtient, avec le traité de la Tafna (1837), un territoire qui s'étend sur les deux tiers du Nord de l'Algérie. En 1839, il déclare la guerre sainte et attaque par surprise les colons européens. Refoulé au sud puis chassé du Maroc, il est contraint de se rendre en 1847 au général Lamoricière. Interné en France jusqu'en 1852, il se retire ensuite à Damas en 1855 où il enseigne la théologie et se met à écrire (Ecrits spirituels, Livre des haltes). En 1860, il se distingue en protégeant les chrétiens et les dignitaires français des attaques des musulmans druzes. Cet acte lui vaut d'être décoré de la Légion d'honneur.

Messali Hadj (1898-1974)

Pionnier du nationalisme algérien, Messali Hadj consacre sa vie à la création de mouvements politiques. Emigré à Paris après la Première Guerre mondiale, il fonde en 1926 l'Etoile nordafricaine puis le Parti populaire algérien en 1937 et s'acharne à diffuser l'idée d'une Algérie indépendante. A la veille de la guerre de libération, alors qu'il dirige le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), il est critiqué au sein même de sa formation et se retrouve peu à peu isolé de la scène politique. Ignoré par les vainqueurs de l'indépendance, il ne retournera jamais en Algérie et meurt en France en 1974.
Chapitre précédent Chapitre suivant