Basilique nationale du Sacré-Cœur
Parvis de la Basilique 1. Ouvert tlj de 8 h à 18 h en été, de 8 h à 17 h en hiver. Visite du panorama et de la coupole de 9 h à 17 h en été, de 10 h à 16 h en hiver. Entrée payante.
Plus connue sous le nom de basilique de Koekelberg (du nom de la commune où elle est installée), c’est la cinquième plus grande église du monde et le plus grand bâtiment de style Art déco jamais construit. Face à l’accroissement de la population bruxelloise, Léopold II souhaita faire construire une église pouvant accueillir un grand nombre de fidèles. Les travaux débutèrent en 1904 et s’achevèrent en 1970. Le dôme en cuivre culmine à 90 m de hauteur.

Deux mille maisons de style Art nouveau
La maison Cauchie n’est que l’un des témoins de l’importance de l’Art nouveau à Bruxelles. Inspiré par l’école anglaise Arts and Crafts, ce style dont l’architecte belge Victor Horta fut le chef de file en Belgique est caractérisé par la présence de fresques florales, de nombreuses ferronneries artistiquement travaillées, ainsi que des lignes décoratives très sinueuses. Avec le développement, vers 1890, de nouvelles banlieues autour de Bruxelles, les maisons de style Art nouveau foisonnent : on en dénombre alors plus de 2000. Ne subsistent aujourd’hui que de trop rares spécimens dans différents quartiers bruxellois : maison Cauchie, maison Saint-Cyr, hôtel Solvay, hôtel Hannon…

The Atomium, Heysel, Belgium © Mike Cattell

The Atomium, Heysel, Belgium © Mike Cattell

Musée David et Alice Van Buuren
Avenue Léon Errera 41. Ouvert tlj sauf mardi de 14 h à 17 h 30. Accessible aux groupes sur rendez-vous. Tél. : 02 343 48 51. Entrée payante.
Cette ancienne résidence du couple Van Buuren, qui y séjourna dans les années 1920, reflète leur conception de l’environnement et leur sens de l’harmonie. Pendant les Années folles, l’Europe aspire au luxe et le banquier néerlandais David Van Buuren a les moyens de se l’offrir. Pour sa demeure bruxelloise, le couple n’utilise que des matériaux précieux : bois exotiques, ivoire, galuchat… Le musée présente des collections de tableaux du XVe au XXe siècle, dont une deuxième version de La Chute d’Icare de Breughel l’Ancien. Les jardins paysagers abritent un labyrinthe et un jardin du cœur.

Parc de Wolvendael
Dieweg.
Au cœur de ce beau domaine de 18 ha se cache un ravissant petit pavillon de style Louis XV construit à la fin du XVIIe siècle, aujourd’hui transformé en restaurant. Rénové et agrandi au début du XXe siècle, acquis par la commune d’Uccle dès 1920, il servit de cadre au mariage des parents de la reine Paola.

Suivez le guide !
Le panorama depuis la basilique de Koekelberg offre la plus belle vue que l’on puisse avoir sur Bruxelles.

Musée bruxellois de la Gueuze
Brasserie Cantillon, rue Gheude 56, tél.: 02 521 49 28. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 17 h, samedi à partir de 10 h. Fermé dimanche et jours fériés. Entrée payante.
Une famille d’artisans brasseurs invite le visiteur à découvrir la fabrication de la gueuze lambic typiquement bruxelloise. La visite se termine par la dégustation de cette bière unique au monde.

Maison Erasme
Rue du Chapitre 31. Ouvert tlj sauf lundi de 10 h à 17 h. Fermé 1er janvier et 25 décembre. Entrée payante. Visite guidée sur demande préalable. Tél. : 02 521 13 83.
Cette maison de 1468 doit son nom au réformateur et érudit Erasme Désiré de Rotterdam, qui y séjourna en 1521. Restaurée et transformée en musée en 1932, elle présente diverses collections d’œuvres d’art, gravures, livres, qui constituent un ensemble unique en son genre illustrant divers moments de l’histoire européenne : la Renaissance, l’époque de Charles Quint, l’humanisme, les conflits religieux, etc. Une salle de lecture (ouvert sur rendez-vous. Tél. : 02 521 13 83) recèle l’une des plus importantes collections mondiales d’ouvrages du XVIe siècle.

Le champagne bruxellois
Une centaine de brasseries industrielles ou artisanales sont encore actives en Belgique. Dans la vallée de la Senne (cours d’eau qui traverse Bruxelles), le brassage des bières de type lambic est une activité séculaire. Le brasseur utilise pour la fermentation des levures naturelles présentes dans l’air. Les conteneurs d’eau, de blé et d’orge non fermentés sont placés sous un toit semi-ouvert et les levures dites « sauvages » sont apportées par le vent. Les spécialistes affirment que seul l’air de Bruxelles leur convient. Vieillies cinq ans en fûts de bois non traité, les bières lambics ont un goût amer et un taux d’alcool d’environ 5 %. C’est le mélange de lambics jeunes et plus vieilles qui donne la gueuze : une bière aux bulles très fines et à la mousse caractéristique, surnommée le « champagne bruxellois ».

Musée du Transport urbain bruxellois
Avenue de Tervueren 364 bis. Ouvert du 1er avril au 1er octobre, les samedis, dimanches et jours fériés, de 13 h 30 à 19 h et les autres jours pour les groupes sur rendez-vous. Fermé du lundi au vendredi et d’octobre à fin mars. Entrée payante. A 10 h, départ du Brussels Tourist Tramway, réservation obligatoire. Tél. : 02 515 31 08.
Ce musée original et sympathique retrace l’histoire des transports en commun à Bruxelles depuis 1869, avec plus de 60 véhicules divers : tramways à chevaux ou électriques, trolley-bus…

Jardin expérimental Jean-Massart
Chaussée de Wavre 1850. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. Fermé week-end, jours fériés et le 20 novembre. Visite guidée sur demande préalable. Tél. : 02 650 91 65. Entrée libre.
Jean Massart (1865-1925), ancien professeur de botanique à l’Université Libre de Bruxelles, crée en 1922 ce jardin expérimental qui étend ses 5 ha aux portes de Bruxelles. Il présente une flore d’une diversité étonnante : plus de 2 000 espèces végétales y sont cultivées. Le public découvre diverses collections thématiques (arboretum, plantes médicinales, verger) et une zone humide (marais et étangs) qui possède des plantes sauvages typiques de ce milieu et propres à la région bruxelloise.

Parc Duden
Forest.
C’est l’un des rares espaces verts survivants de la forêt de Soignes, qui couvrait jadis une grande partie de la superficie actuelle de Bruxelles et que les hommes détruisirent au fur et à mesure de l’urbanisation. Ce parc était le rendez-vous de chasse préféré de Charles Quint. Son nom est celui d’un homme d’affaires allemand qui s’y installa en 1829. Les habitants de la commune de Forest aiment s’y promener en soirée ou le week-end.

Suivez le guide !
Tous les dimanches à 10 h, au musée du Tram bruxellois, prenez le Brussels Tourist Tramway : une manière décontractée et conviviale de découvrir Bruxelles en vieux tram.

Musée royal de l’Afrique centrale
Leuvensesteenweg 13, Tervueren, tél.: 02 769 52 11. Ouvert du mardi au vendredi de 10 h à 17 h, samedi et dimanche jusqu’à 18 h. Fermé lundi, 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. www.africamuseum.be
C’est presque « Tintin au Congo » ! Ouvert en 1899, planté au cœur d’un superbe environnement naturel, ce musée abrite une collection centrée sur l’histoire coloniale belge : vêtements de cérémonies, animaux empaillés, masques africains, vie coloniale, etc. On y trouve aussi, dans une présentation assez vieillotte, des pirogues taillées dans des troncs d’arbres, des idoles païennes et une collection d’insectes africains géants. Ce musée est le dernier témoin de la présence coloniale belge en Afrique.

Serres royales
Avenue du Parc Royal (domaine royal), tél.: 02 551 20 20; www.monarchie.be Ouvert en avril et mai suivant un horaire variable chaque année en fonction des floraisons. Entrée payante.
Les serres de Laeken sont parmi les plus exceptionnelles d’Europe. Au cœur du domaine royal (le château, résidence privée des souverains, est tout proche), elles ont été construites sur ordre de Léopold II sur les plans de l’architecte Balat. Ce dernier ajouta à l’orangerie initiale un réseau de galeries et de magnifiques pavillons vitrés. Le plus beau est le vaste jardin d’hiver circulaire, dont la construction s’acheva en 1876. A une architecture sobre mais splendide, les serres conjuguent leur richesse botanique. Les collections de plantes et de fleurs exotiques sont accessibles au public une dizaine de jours par an seulement, à l’époque de la floraison.

Pavillon chinois et Tour japonaise
Avenue Van Praet 44, tél.: 02 268 16 08. Ouvert tlj sauf lundi de 9 h 30 à 17 h, samedi, dimanche et jours fériés à partir de 10 h. Fermé 1er janvier, 1er et 11 novembre et 25 décembre. Entrée payante.
La Tour japonaise, le Pavillon chinois et le Musée d’art japonais sont désormais regroupés sous une seule appellation : les Musées d’extrême-Orient.

Pavillon chinois
Il a été construit à la demande de Léopold II entre 1901 et 1910 à la lisière du domaine royal de Laeken. Très sophistiqués, sa boiserie extérieure et son kiosque satellite ont été sculptés à Shanghai. A l’intérieur se trouve une importante collection de céramiques chinoises manufacturées pour l’exportation vers l’Europe.

Tour japonaise
En vis-à-vis, voici le dernier vestige de l’exposition universelle de Paris de 1900 : c’était le pavillon d’entrée de la Pagode japonaise. Sa conception est due à un charpentier nippon et son agencement intérieur à des ouvriers spécialisés basés à Yokohama. Elle abrite des expositions temporaires consacrées à l’art japonais sous ses diverses formes.

Suivez le guide !
Les conducteurs bruxellois n’ont pas bonne réputation. Pas d’arrêt devant les passages piétons, mépris de la priorité à droite, stationnement anarchique… : il faut être prudent en se promenant à Bruxelles.

Atomium
Square de l’Atomium, tél.: 02 475 47 77; www.atomium.be
Ouvert tlj de 10 h à 18 h (caisse fermée à 17 h 30). Entrée payante. Visite guidée sur demande. 

Il est à Bruxelles ce que la tour Eiffel est à Paris ! Entièrement remis à neuf depuis peu, ce monument inauguré lors de l’Exposition universelle de 1958 symbolise une molécule cristalline de fer agrandie 165 milliards de fois. Ses 9 sphères font 18 m de diamètre et depuis la boule supérieure, on bénéficie d’un exceptionnel panorama sur la ville. La visite est toutefois difficile et partielle pour les handicapés (85 marches à monter et 187 à descendre).

Bruparck
Boulevard du Centenaire 20. Entrée payante. Tous les horaires sur le site www.bruparck.com 
Même si ce n’est pas le plus vaste parc d’attractions de Belgique, c’est LE rendez-vous du genre à Bruxelles. Outre de nombreux restaurants et un complexe cinématographique, il intègre un parc aquatique tropical Océade, avec toboggans géants et vagues artificielles, ainsi que Mini-Europe : tous les principaux sites et monuments européens en miniature. A quelques minutes du centre-ville, c’est un but d’excursion typiquement familial.

Etangs Mellaerts
Boulevard du Souverain.
Ce bel écrin de verdure blotti au cœur du parc de Woluwé, à l’entrée de la ville, a été aménagé à la demande de Léopold II. Il est possible de s’y promener, d’y pique-niquer, d’y faire du canotage, de s’y adonner à la pêche ou au minigolf.

 

Lire la suite du guide