L’écotourisme à Cuba ne se pratique à Cuba que depuis très récemment développé. En 1992, personne n’avait même idée du concept. Pour mieux se lancer dans ce nouveau « créneau », les autorités et les professionnels du tourisme cubains se sont assuré les conseils de spécialistes expérimentés d’autres pays, et notamment de M. Bary Roberts, président de l’agence de voyages réceptive Tikal Tours de San José, Costa Rica. En collaboration, ils ont identifié les ressources principales, monté les programmes et circuits et formé les guides aux voyages dans la nature cubaine, dans la Cuba verde. Voici notre petit inventaire présenté selon les trois grandes régions naturelles qui existent dans l’île et qui sont l’ouest, le centre et l’oriental. On y observera trois systèmes montagneux, plusieurs Parcs nationaux et la plus grande Réserve de la biosphère des Caraïbes.

À l’ouest : Sierra del Rosario :

L’une des plus grandes concentrations d’espèces endémiques de flore et de faune. La petite ville de Soroa et ses environs. La vallée de Viñales : où l’on peut rendre visite à la secte religieuse Los Acuaticos (Les Aquatiques) qui vénère l’eau à laquelle ils attribuent toutes sortes de propriétés thérapeutiques. Le Parc national La Güira, célèbre pour ses eaux sulfureuses. Enfin, le Parc national de la péninsule de Guanahacabibes. 

Dans le centre : le Parc national de la péninsule de Zapata et le Grand Parc Naturel Montemar :

Jusqu’à 160 espèces d’oiseaux, dont 18 endémiques, dont le colibri abeille (mellusiga helenae), communément appelé le zunzuncito, sans oublier le passage des oiseaux migrateurs. 12 espèces de mammifères. 31 espèces de reptiles. Grandes variétés d’orchidées sauvages. Nombreux manglares vierges (cienaga). Présence de l’éléphant de mer et du manjuari. Un total de 185 espèces de papillons. Topes de Collantes : avec ses collines riches en eaux thermales. La région de Trinidad : avec la chaîne de montagne Guamuhaya et la vallée du Sucre. 

À l’est : Cuchillas del Toa :

Classé Réserve de la biosphère, unique habitat d’oiseaux endémiques, principales zones de forêts pluvieuses du pays. Guantanamo-Caimanera : où l’on trouve les seules zones semi-désertiques de Cuba, semées de molitongos, rochers de grande taille qui prennent des formes bizarres. Terre des escargots polimitas pictas et de l’almiqui. Grand Parc national Sierra Maestra couvrant le Parc national Turquino et le Parc national du Débarquement du Granma. C’est le plus grand Parc national de Cuba dans lequel se trouve le sommet le plus élevé de l’île : le Turquino (presque 2 000 m d’altitude). Trekking pratiqué. Ensemble de terrasses marines, prisées des alpinistes.

Lire la suite du guide