L’intérieur de l’émirat de Dubaï et le Grand Sud du pays offrent des paysages variés de déserts de sable, oasis, oueds, montagnes, ainsi qu’une multitude de vestiges archéologiques. Autant de sites à moins de 2 h de Dubaï, à découvrir en dehors des mois de canicule. Dans cette région se dressent aussi les buildings modernes d’Abu Dhabi, la capitale du pays.

Fossil Rock

A une trentaine de kilomètres à l’est de Dubaï, émirats de Shaijah.
Baptisé ainsi en raison de l’abondance des fossiles marins qui jonchent le sol, ce somptueux paysage de rocs baignés de sable requiert une demi-journée d’excursion au départ de Dubaï. A Jebel Mileiha – nom officiel de Fossil Rock -, on éprouve la sensation dépaysante d’être isolé en plein désert.
Tracée dans le sable, la route qui mène vers Fossil Rock débute au village d’Al-Awir. La première partie, aisée à parcourir en jeep, rencontre des fermes de dromadaires et longe l’oued Faya. Puis, après 34 km, à l’approche de Jebel Mileiha, la piste devient un défi à la conduite. Elle se corse encore davantage en redescendant Fossil Rock. Les plus téméraires et les expérimentés du volant dévaleront une partie rocheuse escarpée, puis une pente de sable de 200 m de dénivelé. Prudence maximale conseillée.
A l’instar de Fossil Valley, près d’Al-Ain, les lieux sont riches en fossiles de coquillages et de petites créatures de la mer, qui gisaient au fond de l’océan il y a des millions d’années, alors que l’eau recouvrait la plus grande partie de l’Arabie. En trouver sur le sol est chose facile. Reste à les identifier ! 

Emirat de Dubaï

Il ne se résume pas à la ville de Dubaï, mais présente un nombre de sites intéressants, en plein désert et dans les montagnes, à explorer au cours d’excursions. 

Big Red Dune 
Sur la route en direction de Hatta, à environ 60 km au sud-est du rond-point Trade Centre (entre 45 min et 1 h en voiture, de Dubaï).
Cette impressionnante dune rouge déploie ses formes ondulées sur la route vers Hatta. Haute d’une centaine de mètres, elle est prise d’assaut en fin de semaine par les Emiratis et les expatriés. Sur un fond de vrombissement de moteurs, elle est parcourue par des dizaines de 4 x 4, buggies et quads qui s’en donnent à cœur joie. A pied, son ascension prend une vingtaine de minutes. Chaque vendredi, il est possible de louer des quads en face de Big Red Dune, de l’autre côté de la route.

Le désert, un cocktail d’aventures 
Un séjour à Dubaï aurait un goût d’inachevé sans un safari ou une excursion dans les dunes de sable de l’émirat. De nombreux organismes touristiques proposent aux clients des hôtels des programmes d’activités sur une demi-journée ou une journée. Au menu des sensations fortes : parcours de conduite mouvementée en 4 x 4, promenade à dos de dromadaire si typique de l’Arabie, visite d’un village bédouin, ou encore ski ou surf sur Big Red Dune. On se rend aussi dans le désert en soirée pour admirer le coucher du soleil, avant de se laisser séduire par un dîner en amoureux ou un barbecue sous les étoiles, avec musique, danse orientale, narguilé et henné.

Hatta 
A environ 110 km au sud-est de Dubaï.
Située dans une vallée au pied des monts Hajar, cette destination classique de week-end des Dubaïotes est à un peu plus de 1 h de Dubaï. Entre le rond-point Madam et Hatta, à 40 km au sud-est, la route goudronnée traverse, sans que l’on s’en aperçoive, un petit bout de territoire omanais. Il n’y a pas besoin de visa.
L’enclave comprend un village paisible, un hôtel de loisirs, deux barrages ainsi que le plus ancien fort de l’émirat, construit en 1790, et de nombreuses tours de guet sur les collines avoisinantes.
Le paysage de montagnes rocheuses striées et rouges donne une impression de no man’s land. Le rendu est spectaculaire au coucher du soleil. Il faut explorer la zone à bord d’un 4 x 4 muni de pneus solides, car la conduite est délicate sur les chemins recouverts de graviers et d’éboulis. Les oueds sont aussi appréciés des randonneurs à pied et à VTT. Avant de se rendre à Hatta en véhicule de location, il vaut vérifier que les assurances souscrites couvrent l’incursion à Oman.

Suivez le guide ! 
Un bureau d’immigration se trouve à l’entrée principale du Hatta Fort Hotel afin de faciliter les formalités de visa pour Oman.

Heritage Village 
Dans le village, tourner à droite au rond-point Hatta, puis rouler durant environ 3 km. Horaires d’ouverture variables. Entrée libre.
Rouvert en février 2001 après des travaux de rénovation, le site reconstitue un village traditionnel de montagne d’il y a quatre cents ans, autour d’un fort central élevé en 1896 par Sheikh Maktoum bin Hasr al-Maktoum. On se promène au milieu d’une vingtaine de maisons construites en pierre, en boue séchée, en roseau et en tronc d’arbre.
Des bâtiments hébergent de petites expositions sur les différents aspects de la vie bédouine. A proximité de l’entrée du site, une bâtisse présente de l’artisanat réalisé à partir de feuilles de palmier.

Hatta Pools 
A environ 13 km au sud de Hatta Heritage Village, dans les montagnes côté Oman (mais on s’y rend sans visa).
Facilement accessibles, ces piscines naturelles au milieu de la roche sont peu profondes, mais remplies d’eau toute l’année, même durant les fortes chaleurs de l’été. Devenues des lieux de pique-nique et de baignade, elles sont malheureusement victimes de leur succès. A certains endroits, les eaux ne sont plus aussi turquoise qu’on aime le dire, les graffitis ont fait leur apparition et des papiers ou morceaux de verre traînent sur le sol. De temps en temps les autorités locales nettoient le site.

Un palace « écolo » en plein désert 
Al-Maha Resort est un campement de tentes de luxe d’inspiration bédouine, situé au cœur d’une réserve naturelle de 225 km2, soit plus de 5 % de la superficie totale de l’émirat de Dubaï. La flore et la faune indigènes, dont l’oryx d’Arabie et la gazelle du désert, y sont réintroduites depuis quelques années. A l’hôtel, plusieurs mesures écologiques, comme le recyclage de l’eau ou l’utilisation de l’énergie solaire, ont été prises pour s’assurer que son fonctionnement ne porte pas préjudice au désert. Même la sélection des fournisseurs n’est pas laissée au hasard. Le directeur du resort est lui-même licencié ès sciences en écologie. Il a plus de dix ans d’expérience dans le management de lodges, l’écotourisme et les projets de conservation en Afrique.

Lire la suite du guide