Sinai, Oasis près de Serabit el-Khadim

Sinai, Oasis près de Serabit el-Khadim

Le papyrus visible sous toutes ses formes pousse dans la vallée du Nil, tout comme le lotus. Les palmiers sont omniprésents. Les tamaris embaument au printemps, les grands acacias aux grappes jaunes ou blanches se balancent mollement, les jacarandas et les poincianas font eux aussi partie de la flore égyptienne la plus emblématique.

Faune terrestre

Le dromadaire sert de moyen de transport. Les marchés aux chameaux sont très dépaysants. 
Plus de 430 espèces d’oiseaux vivent en Egypte. Les cigognes comme beaucoup d’oiseaux migrateurs prennent leurs quartiers d’hiver sur le sol égyptien. 
Anes, gazelles et plus d’une centaine d’autres mammifères ont également élu domicile dans ce pays enchanteur. Malheureusement on ne peut que déplorer la disparition de nombreuses espèces victimes des abus de la chasse tel le léopard ou le lynx du désert. 
On dénombre une quarantaine d’espèces de serpents et des scorpions. Le crocodile du Nil a lui pratiquement disparu, vivant la plupart du temps en captivité.

Egypte, Mer Rouge, poisson-ange empereur et alcyonaires (coraux mous) roses

Egypte, Mer Rouge, poisson-ange empereur et alcyonaires (coraux mous) roses

Faune marine

La mer Rouge est de plus en plus en danger avec l’expansion rapide des activités maritimes qui accroissent considérablement les risques de pollution. Les habitats côtiers reculent devant le développement urbain et industriel et les zones à usage touristique s’étendent à une cadence accélérée. La mer Rouge est l’un des conservatoires de diversité biologique marine les plus importants au monde. Sa relative isolation et la variété de ses caractéristiques physiques depuis les bas-fonds du littoral jusqu’aux abîmes de 2 000 mètres de profondeur dans le fossé central ont produit une gamme d’écosystèmes et une diversité biologique exceptionnelles. Son système de récifs coralliens particulièrement développé en est un exemple. 
Les espèces endémiques sont nombreuses, en particulier parmi les poissons et les invertébrés associés aux récifs. Les récifs de corail se présentent également sous forme de massifs au large des côtes et autour des îles. 
La plupart des activités de pêche de la région ont lieu dans les hauts-fonds à proximité des récifs de corail. Pour croître et se reproduire normalement, les coraux nécessitent un ensemble de conditions physiques, qui sont influencées par les activités humaines. La destruction physique, les changements de qualité de l’eau sont des facteurs qui peuvent endommager les récifs. Leur rétablissement, par une nouvelle croissance et par la fixation des larves, exige un temps considérable et l’absence de contraintes chroniques.
Les eaux de la région abritent de nombreuses espèces d’importance mondiale, en particulier des mammifères marins tels que les dauphins, les baleines et les lamantins. Les tortues marines vivent et se reproduisent dans la région. Trois espèces la tortue verte, la tortue caret et la tortue caouanne sont visibles. Les terres humides du littoral, les hauts-fonds qui bordent les récifs et les îles, et les nombreuses îles de toute la région fournissent des habitats idéaux pour un grand nombre d’oiseaux marins et servent d’abris lors des migrations.

Lire la suite du guide