Le désert commence aux portes de Dubaï. Il est d’abord plat et sablonneux puis, à moins d’une demi-heure de route, se transforme en un paysage de dunes. Ces dernières ondulent, telles des vagues, dans une mer de sable doré propice aux safaris en 4 x 4. Sensations fortes et émotions garanties !

Cinq clés pour dompter une dune avec succès

Circuler sur un terrain de cette nature, sans repères, n’est en effet pas de tout repos : accélérations, mouvements saccadés, enlisement des roues, sensations de vide, impressions de basculer… La conduite à vue dans les dunes est un exercice qui requiert expérience, sang-froid et maîtrise. Les passagers, eux, n’ont qu’à se laisser surprendre. 

La prise d’élan 
Elle est indispensable, car le sable n’offre qu’une faible portance, mais surtout aucune cohésion. La puissance n’a qu’un intérêt relatif si les roues patinent et creusent le sable : on s’enfonce encore plus.

L’ascension 
Lorsque le chauffeur ne parvient plus à prendre de la vitesse, sa priorité est de conserver celle déjà acquise pour pouvoir poursuivre la montée de la dune.

L’arrivée au sommet 
C’est la phase la plus délicate. La crête de la dune doit être négociée de face. On passe les roues avant par-dessus et on arrête le véhicule en conservant une position en léger déséquilibre avant, l’adhérence se trouvant uniquement sur les roues arrière.

La bascule 
En passant la première vitesse, la voiture plonge d’une quarantaine de degrés. Au début, la sensation de vide créée est impressionnante. Le pouvoir directionnel des roues avant est presque nul.

La descente 
Il ne s’agit pas de prendre de la vitesse, car il faut pouvoir s’arrêter instantanément. Le conducteur contrôle la progression par de petits coups d’embrayage en laissant les quatre roues s’enfoncer dans le sable. L’effet ainsi produit freine le véhicule.

Lire la suite du guide