Ce nom désigne à la fois un quartier et la rive tout entière située à l’est de la Creek. C’est le centre névralgique de Dubaï, où sont concentrés l’aéroport international, une dizaine de centres commerciaux, une foison d’hôtels, des souks, ainsi que d’innombrables magasins. Ici, le mot « affaires » n’a jamais aussi bien porté son nom.

Al-Ras 
Signifiant « pointe » en arabe, ce quartier nord, populaire et animé, s’étend de l’embouchure de la Creek à Al-Sabkha Road et renferme la plus importante zone de souks de la ville. En marge de cette animation commerciale, il offre aussi quelques visites sur les traces du passé architectural et historique de la cité.

Vieux souk et souk des épices 
A partir de l’angle d’Old Baladiya Road et de Bani Yas Road, en face de la station d’abra Old Souk. Ouvert tlj de 8 h à 13 h et de 16 h à 21 h. Fermé le vendredi matin. Entrée libre.
Bienvenue au royaume des énormes sacs en toile et des larges étals, emplis de cannelle, cardamome, noix de muscade, safran, henné, pétales de rose… Les échoppes spécialisées des étroites allées du souk des épices rivalisent en quantités, couleurs et senteurs exotiques. C’est l’endroit idéal pour acheter les condiments de son choix. Mitoyens, les petits magasins du vieux souk vendent « tout et n’importe quoi » : biens de consommation, habits, textile…

Marchés de Deira 
A proximité du tunnel Shindagha, Al-Khaleej Road. Ouvert de 7 h à 23 h. Entrée libre.
Ils renferment le marché aux poissons le plus grand et le plus animé de Dubaï. C’est l’occasion de découvrir les poissons et fruits de mer pêchés dans le golfe Persique et dans le golfe d’Oman : bébés requins, homards bleus, crevettes marron, poissons-perroquets, cigales de mer, thons, caïds, castagnoles, vivaneaux, hamours… Mieux vaut ne pas porter des chaussures trop ouvertes ou trop élégantes à cause de l’eau poissonneuse omniprésente sur le sol. A deux pas de là, on se laisse séduire par la profusion d’odeurs, douces et sucrées, et de couleurs du marché aux fruits et légumes. Les produits sont originaires de la région ou en provenance d’autres contrées, comme le chou-fleur blanc d’Europe.

Souk de l’or 
En remontant Old Baladiya Street, prendre à droite Sikkat al-Khail Road. Ouvert tlj de 9 h 30 à 13 h et de 16 h à 22 h. Fermé le vendredi après-midi. Entrée libre.
Surnommée « The City of Gold », Dubaï se positionne comme l’une des places les plus attractives au monde pour acheter le précieux métal. Son souk de l’or est stupéfiant : même sans intention d’acheter, il mérite le coup d’œil. On quitte Old Baladiya Street pour s’engouffrer dans une large rue couverte où se succèdent des deux côtés et à n’en plus finir des boutiques remplies d’or. Leurs vitrines donnent le tournis : plus scintillantes les unes que les autres, elles sont chargées de bracelets, colliers, bagues, boucles d’oreille, lingots… De l’or partout, de 18 à 24 carats, plus ou moins jaune et brillant. Environ 400 bijouteries, serrées les unes contre les autres, occupent plusieurs rues du quartier.
Avant de se lancer dans un achat, ne pas hésiter à prendre le temps de comparer les prix – établis au poids selon le cours international et, éventuellement, le travail réalisé sur le bijou – et de marchander. Les promotions dépendent de la saison. Les meilleures affaires sont réalisées au cours du Shopping Festival et des Summer Surprises, périodes durant lesquelles les tarifs sont à la baisse.

Heritage House 
Al-Ahmadiya Street, non loin de la bibliothèque municipale et de l’hôtel Saint-Georges. Ouvert du samedi au jeudi de 8 h à 19 h 30, vendredi de 15 h 30 à 19 h 30. Entrée libre.
L’histoire de cette demeure traditionnelle, miraculeusement sauvegardée au milieu des immeubles des faubourgs nord de Deira, est singulière. Construite vers 1890, la maison possédait à l’origine deux chambres donnant sur une large cour. Elle devint en 1910 la propriété du riche négociant en perles Sheikh Ahmed bin Dalmouk, qui agrandit les lieux. Puis, en 1935, elle fut à nouveau rachetée et embellie. En 1994, la municipalité de Dubaï y effectua dix-huit mois de travaux de rénovation, avant de la transformer en musée en 2000.
Aujourd’hui, Heritage House est un excellent témoignage de ce que pouvait être une demeure d’antan, avec la reconstitution de pièces climatisées autour de la cour centrale (Al-Haush) paysagée. Lors de la visite, on parcourt ainsi la majlis des hommes et celle des femmes (salles de réunion traditionnelles recouvertes de tapis et de coussins, où l’on aime prendre le café), la salle de séjour principale (Al-Makhzan), la chambre nuptiale (Al-Hijla), la salle de bains (Al-Zawiyah), la véranda (Lee-wan), la cuisine et le garde-manger (Al-Bakhar). Des panneaux et des petits écrans vidéo interactifs fournissent des explications en anglais et en arabe.

Suivez le guide ! 
Ne confondez pas l’ entrée de Heritage House avec celle d’Old House Heritage, située à gauche d’Al-Ahmadiya School.

Building in Deira © Stefano Brivio

Building in Deira © Stefano Brivio

Al-Ahmadiya School 
A côté de Heritage House, Al-Ahmadiya Street. Ouvert du samedi au jeudi de 8 h 30 à 20 h 30, le vendredi de 14 h à 20 h 30. Entrée libre.
Cette première école de l’émirat, fondée en 1912 par Sheikh Mohammed bin Ahmad bin Dalmouk, a été restaurée et reconvertie en musée en 2000. L’établissement a rayonné dans toute la région durant des décennies, accueillant des élèves venus du Qatar, du Koweït et d’Egypte dans le milieu des années 1950 quand l’enseignement se professionnalisa. Victime de son succès, l’école fut délaissée en 1963, pour devenir un institut religieux. Un an auparavant, l’intérêt porté aux études était tel que le nombre d’élèves avait atteint 823, répartis dans seulement 21 classes. Les capacités d’accueil de l’établissement devinrent si insuffisantes qu’une nouvelle école, plus grande, ouvrit ses portes à l’entrée de la Creek.
Une petite dizaine de pièces, articulées autour d’une cour de 8 m sur 9, sont à visiter, dont la salle Social Activities, pour ses portraits et photographies, et au premier étage, la reconstitution d’une classe.

– Dolphin Bay
Sur réservation.
Cette piscine accueille des groupes de dix personnes pour leur permettre de nager avec les dauphins.

– Lost Chamber
Ouvert tlj de 10 h à 23 h. 100 Dhs/adulte, 75 Dhs/enfant 4-12 ans, ou billet couplé avec Aquaventure.
Un tunnel sous-marin transparent permet de voir évoluer sous son nez requins et raies mantas. A l’entrée, dans un immense cylindre de verre, des centaines de poissons de toutes les couleurs tournent sans fin. L’effet est garanti !

Ski Dubaï
Ouvert du samedi au mardi de 10 h à 23 h (dernières admissions à 21 h 30), du mercredi au vendredi de 10 h à minuit (dernières admissions à 22 h 30).
Incongrue sous ces latitudes, cette étonnante station de ski indoor pouvant accueillir 1 500 personnes par jour a de quoi étonner les plus blasés, avec deux pistes de 400 m de long et des télésièges. Trente tonnes de neige immaculée sont fabriquées quotidiennement dans cet immense réfrigérateur, où la température est maintenue à 1 °C par 23 climatiseurs. On peut y louer tout l’équipement nécessaire, déjeuner au Saint Moritz Café au pied de la station ou à l’Avalanche Café à mi-pente, faire de la luge, du bobsleigh ou du snowboard, prendre des leçons de ski… comme dans une vraie station des Alpes. Les pistes culminent à 85 m.

Des vieux sages aux maîtres d’école 
Jusqu’au début du XXe siècle, l’éducation des garçons aux émirats était délivrée par des religieux surnommés Al-Muttawa. Ces derniers dispensaient dans leur propre maison les principes religieux du Coran, la calligraphie arabe et l’arithmétique. Les premières écoles du pays, considérées comme semi-officielles car encore étroitement liées à l’islam, ouvrirent à Sharjah en 1905 et à Dubaï en 1912. Ce n’est qu’à partir de 1956 que les programmes devinrent à proprement parler « scolaires » à Dubaï, avec l’avènement de matières comme la géographie, les sciences, la sociologie et l’anglais. Des établissements pour les filles virent le jour en 1958 : Khawla School à Bur Dubai et Al-Khansa’a à Deira. En 1998, l’émirat comptait 89 écoles.

Khor Dubai

Communément appelé la Creek par les habitants de Dubaï (Crique en français), ce bras de mer se déplie à l’intérieur des terres sur plus d’une dizaine de kilomètres. Etendu tel un fleuve au milieu de cette ville atypique, il est le trait d’union symbolique et historique entre Deira et Bur Dubai. De l’aube au coucher du soleil, la Creek est animée d’un incessant va-et-vient de bateaux de toutes les formes et de toutes les couleurs. Le ballet des hors-bord, boutres et yachts, ajouté aux ronronnements de leurs moteurs, a quelque chose de fascinant. 

La traversée 
Les rives de Bur Dubai et Deira sont reliées par le tunnel Shindagha à l’embouchure de la Creek et par les deux ponts Al-Maktoum et Al-Garhoud, situés au sud-est du centre-ville, de part et d’autre du Creek Park. Ces derniers offrent d’ailleurs de magnifiques points de vue sur la ville. Pour les piétons, l’abra, ce taxi d’eau peu cher, est davantage qu’un simple moyen de transport populaire. C’est un incontournable rituel ! Ce taxi d’eau rustique, peu cher et très fréquenté par les habitants de la ville, zigzague toute la journée entre les deux rives. La traversée dure à peine une dizaine de minutes.
Les stations d’abra à Deira sont Old Souk, au début d’Old Baladiya Road, et Al-Sabkha, en face de l’Emirates Bank. A Bur Dubai, les deux stations sont Old Souk et, environ 100 m plus au nord, Bur Dubai Abra Station.

Abra 
Pour les piétons, il est davantage qu’un simple moyen de transport populaire. C’est un incontournable rituel ! Ce taxi d’eau rustique, peu cher et très fréquenté par les habitants de la ville, zigzague toute la journée entre les deux rives. Une petite vingtaine de personnes prend place sur les bancs de cette grande barque en bois motorisée, souvent surmontée d’un ancien siège de voiture. Une fois remplie, au bout de quelques minutes seulement, l’embarcation part pour un voyage « hors du temps » d’une dizaine de minutes.
Les stations d’abra à Deira sont Old Souk, au début d’Old Baladiya Road, et Al-Sabkha, en face de l’Emirates Bank. A Bur Dubai, les deux stations sont Old Souk et, environ 100 m plus au nord, Bur Dubai Abra Station.

Le boom des buildings de verre et d’acier 
Dans les années 1990, des architectes du monde entier ont contribué à la métamorphose de la ville en une mégapole moderne. Achevée en 1997, la Banque nationale est l’œuvre du cabinet suédois Carlos Ott & Norr. La tour Etisalat a, elle, été dessinée par la firme canadienne Cansul. L’architecture dubaïote est en majorité à base de béton, d’acier et de verre. Plus que tout autre, ces matériaux absorbent la chaleur et l’humidité, qui causent avec le temps des dommages sur les structures. L’espérance de vie de ces buildings est ainsi réduite à environ un quart de siècle. Heureusement, les cabinets européens, en charge de la plupart des projets immobiliers d’envergure, ont maintenant tendance à prendre en compte autant les facteurs climatiques que le design.

Les croisières 
Elles restent le meilleur moyen de ressentir l’effervescence de la Creek et d’admirer les rives de Deira et Bur Dubai. Al-Boom Tourist Village (tél. : 324 3000), Arabian Adventures (tél. : 343 9966) et Creekside Leisure (tél. : 336 8407), entre autres, en organisent. Une croisière d’une journée sur un boutre traditionnel est proposée à environ 35 Dhs par personne et un dîner-croisière de 2 h 30 à 3 h entre 100 et 250 Dhs. Pour 50 Dhs – prix fixé par la municipalité -, on peut louer un bateau avec conducteur pour un tour privé d’une demi-heure.

Suivez le guide ! 
Si vous voulez arroser votre dîner-croisière d’un verre de vin, optez pour le bateau de l’hôtel Intercontinental,seul à posséder une licence d’alcool.

Promenades sur les berges 
A Bur Dubai : Al-Seef Road 
Cette artère, qui longe la Creek, se déroule du rond-point Al-Fahidi, au nord, au rond-point Umm Hureir, situé en allant vers le sud à proximité du pont Al-Maktoum.
Elle invite à une agréable promenade piétonne d’environ 750 m et offre une vue dégagée sur les saisissants contrastes urbains de la rive de Deira. Le spectacle visuel est magnifié au coucher du soleil. Les boutres sont amarrés au pied d’immeubles futuristes aux formes géométriques originales, non loin du pont Al-Maktoum. Les deux tours jumelles de verre sont nommées Twin Towers. La tour Etisalat, située en arrière-plan au coin d’Al-Maktoum Road et d’Omar Ibn al-Khattab Road, est surmontée d’un dôme de télécommunications évoquant une balle de golf.

A Deira : Bani Yas Road 
A partir du tunnel Shindagha, à l’embouchure de la Creek, cette route offre un panorama magique sur tout le vieux Bur Dubai, juste en face. Tour à tour, on distingue le Heritage & Diving Village, la Sheikh Saeed al-Maktoum’s House, la tour Shindagha, le minaret de la Grande Mosquée, la silhouette du souk, le haut des tours du Dubai Museum, le Diwan et enfin les maisons traditionnelles de Bastakiya. Une vraie visite visuelle au grand air.
Le « Hong Kong du Moyen-Orient », un des nombreux surnoms donnés à Dubaï, prend toute sa signification côté Deira. Entre Old Baladiya Road et Al-Sabkha Road – cela représente une balade d’environ 2 km -, les sens sont captivés par le spectacle intriguant des vieux bateaux en bois coloré qui mouillent sur plusieurs rangées.

Suivez le guide ! 
En face de la station d’abra Al-Sabkha, arrêtez-vous pour boire un verre, acheter une bouteille d’eau ou manger des en-cas indiens à l‘Abra Cafeteria.