L’origine des Maldiviens se perd dans la nuit des temps. Les recherches archéologiques paraissent indiquer que ces îles étaient habitées dès 1500 av. J.-C., et des histoires circulent sur un peuple légendaire, les Redins, qui auraient pu être les premiers explorateurs. On pense que des immigrants venus du sous-continent indien s’y sont établis vers 500 av. J.-C.

Un carrefour maritime

Du fait de leur situation sur les anciennes voies maritimes entre l’Ouest et l’Est, il n’est pas surprenant que les premiers voyageurs et commerçants se soient arrêtés aux Maldives, soit délibérément, pour s’approvisionner, soit accidentellement, à la suite de naufrages. Leurs récits constituent une précieuse contribution à l’histoire des îles. Parmi eux, l’historien chinois Ma Huan et le célèbre voyageur arabe Ibn Battuta, qui y séjourna vers 1344 et se dit frappé par la liberté dont les femmes semblaient jouir.

Tsunami Monument in Maldives © Easa Shamih

Tsunami Monument in Maldives © Easa Shamih



Il est également connu que les Maldiviens eux-mêmes n’hésitaient pas à s’aventurer au loin, comme le rapporte l’historien Pline lorsqu’il évoque les cadeaux offerts à l’empereur romain par des émissaires de ces îles.
L’importance que revêtaient les Maldives aux yeux des premiers voyageurs apparaît dans la dimension grossièrement exagérée qui est attribuée à cet archipel, par rapport au Sri Lanka et à l’Inde, dans la cartographie de l’époque. La tranquillité de ces îles fut souvent troublée par des pirates et les superpuissances de l’époque, comme le rapportent les chroniques de Pyrard de Laval, naufragé en 1602…

Du Bouddha à Mahomet

Le développement du commerce fit des Maldives une étape importante pour les commerçants arabes sur la route de l’Extrême-Orient, avec qui se propagea la religion musulmane. C’est en 1153 que l’islam fut adopté. L’histoire de la conversion à cette religion demeure un sujet controversé. Il est dit qu’un voyageur marocain, Abu Barakaath Yusuf al-Barbary, en fut à l’origine ; une autre version la met au crédit du cheikh Yusuf Shamsuddin de Tabriz (Iran), intellectuel de renom.

De la colonisation à l’indépendance

En 1558, les Portugais occupèrent Male, dont ils furent expulsés en 1573. Au XVIIe siècle, les Maldives constituèrent un sultanat sous l’autorité des Hollandais de Ceylan, avant de devenir un protectorat anglais, officiellement en 1887.
Finalement, en 1965, les îles accédèrent à l’indépendance.

Des coquillages et du thon

De tout temps, les Maldives furent célèbres pour leurs coquillages Cyprea moneta, ou cauris, et leurs poissons. Les cauris étaient prisés comme forme de monnaie dans bien des pays du Moyen-Orient et du sous-continent indien, et les Maldives, considérées comme l’« hôtel des monnaies » de la région. De grandes quantités de cauris étaient exportées de par le monde, et les commerçants les vendaient par cargaisons en échange de riz, d’épices et de produits de luxe. Le thon des Maldives était bouilli, fumé, traité et séché de façon à produire un filet nutritif, d’un noir d’ébène et se conservant parfaitement. C’était une source de protéines idéale pour mener à bien de longs voyages en mer.

 

Lire la suite du guide