Le Canal de Suez 

Sharm El Sheik - Plongeurs à Ras Katy

Sharm El Sheik – Plongeurs à Ras Katy

Le canal de Suez est un canal à niveau ; il ne comporte ni écluse, ni travaux d’art. 
Sa longueur est de 195 km et sa largeur de rive à rive est de 365 m, dont 190 m pour le chenal. Ceci permet le passage de navires de 16 m de tirant d’eau. Ces navires peuvent traverser l’isthme en 15 h environ, 2 fois par jour, dans chaque sens. Les convois peuvent se croiser dans le canal de dérivation de El-Ferdane – El-Qantara. 
Le canal de Suez est l’une des voies d’eau les plus utilisées au monde. Une nouvelle phase de travaux a été lancée en 1990 ; dans l’avenir, il faudra encore élargir le chenal, pour des navires dont le tirant d’eau serait de 20 m.

 

La Mer Rouge

Hourghada s’atteint de trois manières : soit en excursion depuis Louxor (Qena – Port Safaga : 161 km, Louxor – Hourghada : 290 km), soit depuis Le Caire, emprunter la route qui mène à Aïn Soukhna puis longer le désert Arabique (Le Caire – Hourghada : 530 km), ou en avion depuis Le Caire (2 vols par semaine). 
Hourghada, à 405 km au sud de Suez, est certainement la station balnéaire de la mer Rouge la plus développée et la préférée des Égyptiens. Hôtels et immenses villages de vacances s’y succèdent sur une dizaine de kilomètres. La ville s’ordonne autour du port, protégée par une chaîne de montagnes parallèle au rivage. Hourghada est réputée pour ses fonds sous-marins aux divers poissons multicolores, coquillages variés et tortues géantes. L’aéroport est situé à 10 km de la ville. 

Egypte, mer Rouge, alcyonaires (coraux mous) et plongeur

Egypte, mer Rouge, alcyonaires (coraux mous) et plongeur

On peut louer des bateaux à fond transparent pour se rendre aux îles avoisinantes : île des Tortues, île des Coraux, ou se contenter de voir les requins au Musée hydrobiologique à 4 km au nord de la ville. 
Dès le Ier siècle, la mer Rouge, route maritime reliant l’Inde au bassin de la Méditerranée, fut activement utilisée. De Chine, de Ceylan et de l’Inde, les marchandises étaient transportées par des navires indiens ou persans qui utilisaient la mousson d’été jusqu’à l’entrée de la mer Rouge. À la chute de l’Empire romain et avec l’avènement de l’islam, la route des Indes tomba entre les mains des Arabes, au VII e siècle, qui fondèrent des comptoirs jusqu’à Canton, en Chine. 
La mer Rouge doit son nom à la prolifération passagère d’une algue bleue (Trichodesmium erythraeum) qui vire au rouge à sa mort. Peu profonde (134 m), elle possède une salinité de 38 %. Les récifs coralliens sont surtout développés dans le sud sur parfois 100 km de largeur et sont dangereux pour la navigation.
On rencontre dans ses eaux transparentes aussi bien la raie géante que les fistulaires aux formes allongées en passant par les thons et nombreuses espèces méditerranéennes. La flore est riche en gorgones (éventails de mer), en cériantes aux abondantes chevelures, en anémones, madrépores, fungias (ou méduses), hydres vertes, etc. C’est dans ces eaux que le commandant Cousteau tourna Le Monde du Silence. Les coraux sont plus beaux les uns que les autres et plus de 2000 espèces ont été recensées. Pour les plongeurs expérimentés comme pour les simples nageurs avec masque et tuba, la mer Rouge est un enchantement, une féerie de poissons multicolores où toutes les couleurs, tellement lumineuses, semblent irréelles. 
À quelque 80 km au sud d’Hourghada, Port Safaga est une ville active, un port de première importance (à seulement 170 km de Qena, dans la vallée du Nil), proche d’importantes mines de phosphate. C’est un site recherché pour la planche à voile. Au moment du Hadj, les pèlerins s’y embarquent pour l’Arabie Saoudite.
Qosseir, à 85 km de Port Safaga. Ce petit port très calme possédant des mines de phosphate ressemble à Port Safaga. On peut y voir quelques belles maisons ottomanes sur le front de mer, une forteresse ottomane récemment restaurée et la mosquée Faran (1704). Une route passable le relie à Qouft (200 km) en suivant le Wadi Hammamat, où les pharaons de toutes les dynasties faisaient tailler la pierre dure et sombre de leurs sarcophages et de leurs statues. Une des plus importantes expéditions comportait 17 000 hommes ; des inscriptions nombreuses mentionnent tous les détails de chacune d’elles. Dans les carrières, on trouve encore plusieurs inscriptions et des sarcophages brisés ou à demi-terminés.
En direction de Qena, se trouve le Mons Claudianus des Romains (60 km de Safaga, guide et voiture de terrain recommandés), ancien pénitencier (écuries, termes, petit temple).

Lire la suite du guide