La saison idéale pour voyager

Nulle part le facteur saison ne joue un rôle plus décisif qu’en Russie. La nature elle-même impose ses choix : pas de croisières fluviales d’octobre à mai, quand les fleuves et les lacs sont gelés, pas de nuits blanches en hiver, quand le soleil n’éclaire Saint-Pétersbourg que le temps d’une journée éphémère…
Mais l’hiver est plus hospitalier que Stendhal ne l’a décrit : spectacle féerique que la Russie drapée de neige et souvent courtisée – le saiton ? – par les rayons rouges du soleil. L’été, chaud et lumineux, n’est pas ingrat. Plus rudes sont les derniers jours de l’automne, quand la nature effeuillée se raidit sous un ciel couleur de plomb, et les premiers jours du printemps, alors que le dégel étale partout une soupe brunâtre, à laquelle vos chaussures ne survivront pas !

Boucler sa valise

Attention au facteur saison ! Mais le froid ne doit pas faire peur : de bons sous-vêtements, des habits de laine (chaussettes comprises), des chaussures montantes, étanches, à fortes semelles… et l’on sortira vainqueur de ce duel avec l’hiver russe ! Ne pas oublier l’écharpe, le bonnet et les gants, sans lesquels le meilleur manteau, fût-il en zibeline, ne servirait à rien.
Aucun problème en été, mais il faut prévoir des vêtements de pluie, la laine du soir et une paire de chaussures solides qui rencontreront fatalement poussière et cailloux. Sachez aussi que les moustiques ne feront pas de quartier.
Les femmes auront un léger foulard avec elle pour entrer dans les lieux de culte orthodoxe. 

Russia_2154 © DENNIS G. JARVIS

Russia_2154 © DENNIS G. JARVIS

Les nuits blanches

Elles s’expliquent par une situation septentrionale qui expose Saint-Pétersbourg au soleil de minuit, et commencent le 25 mai pour s’achever aux environs du 20 juillet, avec une luminosité particulière entre le 11 juin et le 2 juillet. Elles emplissent de poésie la ville. Une idée pouchkinienne ! Essayez les nuits blanches, à Saint-Pétersbourg. Les Russes les aiment tant qu’ils en oublient de coudre… des rideaux aux fenêtres ! 

Tableau des températures moyennes en °C

  janv. févr. mars avr. mai juin juill. août sept. oct. nov. déc.
Moscou -10 -9 -5 +4 +11 +16 +18 +16 +10 +4 -2 -7
St-Pétersbourg -8 -7 -4 +5 +13 +14 +18 +16 +13 +7 +1 -5

Santé

Aucun vaccin n’est obligatoire. Il faut néanmoins signaler, tout en se gardant des recommandations alarmistes, que la diphtérie, la poliomyélite, la typhoïde et le choléra ne sont pas éradiqués dans le pays et qu’il existe des vaccins préventifs. A noter aussi, au chapitre des mauvaises nouvelles, une situation préoccupante au plan des M.S.T. Pour les visas de plus de 3 mois, une attestation VIH est obligatoire.
Sage précaution que d’emporter ses médicaments et son matériel de soin avec soi : le risque est gros qu’ils soient introuvables dans les pharmacies russes, où la nomenclature pharmacologique, exprimée le plus souvent en langue latine, diffère considérablement des appellations commerciales européennes.
Pour traiter les symptômes de diarrhée aiguë, prévoir un anti-diarrhéique qui permettra, en complément d’un régime réhydratant, d’éliminer rapidement la gêne occasionnée.
Enfin, contre le mal des transports (en bateau, voiture, autocar et avion), mieux vaut anticiper et prendre avec soi un médicament anti-nauséeux et anti-vomissement. 

Devise et budget vacances

La monnaie nationale est le rouble, soumis aux fluctuations capricieuses : impossible d’en imprimer ici le cours.
Il comprend 100 kopecks. Si, comme la quasi-totalité des candidats à la découverte de la Russie, vous partez sous les auspices d’un voyagiste, vos dépenses se limiteront à vos achats de souvenirs, à vos visites individuelles et, peut-être, à quelques aventures gastronomiques. Il est donc sage de prévoir en conséquence un petit budget en devises liquides, de préférence en euro (une monnaie qui fait son entrée en force) : pas d’achat de roubles possible. Sachez aussi que le dollar US reste une devise de référence. Vous pourrez changer dollars et euro sans difficulté en Russie pour vos paiements sur place, tous exigibles en roubles.
Attention aux travellers cheques, qui ne sont monnayables qu’en très peu d’endroits. Les cartes de crédit internationales permettent des retraits aux guichets automatiques de Moscou et Saint-Pétersbourg, mais le rouble est souvent la seule valeur disponible : à trop en retirer, vous risquez de ne pas les dépenser.
Mauvaise surprise : les deux villes sont relativement chères. Les musées pratiquent un double tarif, avec des prix forts applicables aux touristes étrangers. En dehors des snacks, cafétérias et cafés, les restaurants présentent des cartes souvent onéreuses. Mais les souvenirs et les objets d’artisanat restent abordables. De bonnes affaires en perspective dans les produits culturels : beaux livres, CD, cassettes. 

Choisir son voyage

Un week-end 
Trois jours, deux nuits : cette formule courante peut paraître expéditive, mais elle permet une immersion surprise dans l’univers de Moscou ou de Saint-Pétersbourg.
A Moscou, un week-end laisse le temps de découvrir le Kremlin, ses cathédrales et son palais des Armures, quelques-uns des grands musées de la ville… Après une flânerie dans une rue piétonne, un spectacle au Bolchoï et une échappée dans l’un des monastères de Moscovie, le voyageur rentrera émerveillé.
Saint-Pétersbourg aussi se prête à différentes idées de miniséjours, pendant lesquels les visites « incontournables » peuvent être enrichies d’une ou deux excursions dans l’un des palais impériaux de la région, d’un spectacle, voire même d’une escapade en Carélie à la faveur d’un week-end prolongé.

Une semaine 
Ce séjour peut être l’occasion de découvrir successivement Moscou et Saint-Pétersbourg – les deux cités concurrentes – en leur consacrant un nombre égal de jours pour éviter les jalousies ! Mais il offre également la possibilité de découvrir l’une d’entre elles plus en profondeur, sans regarder sa montre, tout en s’accordant une « fugue » au-dehors : de Moscou vers Serguiev-Possad ou Rostov-le-Grand ; de Saint-Pétersbourg vers l’île de Kiji, Novgorod ou Pskov.

Dix jours et plus 
Avec ce capital temps, deux possibilités privilégiées : l’aventure de la croisière fluviale de la Moskova à la Néva, à travers la Russie profonde, ses villes médiévales, ses sites monastiques et ses lacs caréliens ; ou bien l’Anneau d’or, des vieilles cités princières comprises entre Moscou et la Volga avec, au prix d’un calendrier plus serré, un « crochet » jusqu’à Saint-Pétersbourg.

Documentation

Librairies spécialisées sur la Russie à Paris 
Librairie du Globe : 67, bd Beaumarchais, 75003 Paris, tél. : 01 42 77 36 36
Les Editeurs réunis : 11, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, 75005 Paris, tél. : 01 43 54 74 46www.editeurs-reunis.fr
L’Age d’Homme : 5, rue Férou, 75006, tél. : 01 55 42 79 79www.lagedhomme.com
La Maison du livre Russe : Village Saint-Honoré, 91, rue Saint-Honoré, 75001 Paris, tél. : 01 42 71 44 91. www.domrusknig.com

Librairies de voyage à Paris 
FNAC Tourisme : Forum des Halles, 1, rue Pierre Lescot, 75001 Paris, tél. : 0140414078.
Itinéraires : 60, rue Saint-Honoré, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 12 63 ; www.itineraires.com
Un riche rayon tourisme : livres, cartes et guides en français.

La Russie à Paris 

Organismes officiels 
Centre culturel de Russie : 61, rue Boissière, 75116 Paris, tél. : 01 44 34 79 79 ; fax : 01 44 34 79 74. www.russiefrance.org
Projections de films russes et soviétiques tous les samedis à 15 h.
Bureau de l’Agence de presse de Russie « Novosti » (bureau d’information de l’ambassade de la Fédération de Russie en France) 14, place du Général-Catroux, 75017 Paris, tél. : 01 42 27 98 18. 

Musées 
Musée Zadkine : 100 bis, rue d’Assas, 75006 Paris, tél. : 01 55 42 77 20. Ouvert de 10 h  à 18 h, sauf lundi et jours fériés ; .
Sculptures, gouaches, dessins et gravures présentés dans les locaux occupés par l’artiste de 1928 à 1967.
Musée Ivan Tourgueniev : 16, rue Tourgueniev, 78380 Bougival, tél. : 01 45 77 87 12www.tourgeniev.fr. Visite le samedi de 14 à 18 h et le dimanche de 10 à 18 h.
L’écrivain russe vécut dans cette splendide datcha les huit dernières années de sa vie.

Eglises et cimetière
Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski : 12, rue Daru, 75008 Paris, tél. : 01 42 27 37 34.
Eglise Saint-Séraphin-de-Sarovet-de-l’Intercession-de-la Vierge : 91, rue Lecourbe, 75015 Paris, tél. : 01 42 73 05 03.
Cimetière russe : rue Léo-Lagrange, 91700 Sainte-Geneviève-des-Bois, tél. : 01 60 15 11 40.
Là sont enterrés notamment l’écrivain Bounine, le cinéaste Tarkovski, le danseur Noureïev…

Alimentation 
Daru : 19, rue Daru, 75008 Paris, tél. : 01 42 27 23 60.
Etape classique avant ou après l’office orthodoxe à la cathédrale Alexandre-Nevski, en face.
A la Ville de Pétrograd : 13, rue Daru, 75008 Paris, tél. : 01 48 88 07 70.
Vieille institution dans la rue la plus russe de Paris.
L’Epicerie russe : 13, rue de la Terrasse, 75017 Paris, tél. : 01 40 54 04 05.
Cantine russe : 26, av. de New-York, 75016 Paris, tél. : 01 47 20 56 12.
C’est la cantine du conservatoire de musique russe.
La Table Russe : 1, Rue École polytechnique, 75005 Paris, tél. : 01 53 10 82 41
Dominique : 19, rue Bréa, 75006 Paris, tél. : 01 43 27 08 80.
Avec Russian Bar et zakouskis non-stop.
Epiceries russes Гастрономъ : Ces dernières années, Paris a vu fleurir une chaîne d’épiceries russes sous cette enseigne.
Гастрономъ №12, 26 bis, bd. Diderot, 75012 Paris ;
Гастрономъ №8, 53, bd des Batignolles, 75008 Paris ;
Гастрономъ №14, 130, bd. Montparnasse, 75014 Paris ;
Гастрономъ №15, 35, rue de la Croix Nivert, 75015 Paris ;
Гастрономъ №13, 3, rue Charles le Goffic, angle 4, rue Gustave le Bon, 75014 Paris.

Antiquités, livres anciens, icônes, souvenirs 
Saint-Pétersbourg : 106, rue Miromesnil, 75008 Paris, tél. : 01 45 63 93 21.

Restaurant
(notre sélection coup de cœur) 
Au Régal chez le Russe : 4, rue Nicolo, 75016 Paris, tél. : 01 42 88 49 15.
Repas et musique russes à des prix abordables.
La gaieté cosaque : 6, rue Truffaut, 75017 Paris, tél. : 01 44 70 06 07.
La cosaquerie en Russie a toujours été une pépinière de cordons bleus… et de noceurs.

Le Web de la Russie à Paris : www.maxime-and-co.com

Lire la suite du guide