La saison idéale pour voyager

Avec un territoire aussi vaste, l’Algérie offre une grande variété de climats. Le Nord, encadré par la mer et les montagnes de l’Atlas tellien, bénéficie d’un climat méditerranéen. Les étés y sont chauds et secs, mais restent plus supportables sur la partie orientale de la côte qu’à Alger ou en Oranie où le thermomètre dépasse fréquemment les 30 °C entre juillet et août. La saison des baignades peut s’étaler de mai à fin septembre. Les hivers sont humides, frais le long du littoral et assez froids en altitude. Avis aux skieurs, les pentes des montagnes de Kabylie sont enneigées de novembre à avril. La région des hauts plateaux, plus au sud, connaît un climat de type semi-aride, avec des étés caniculaires et des hivers parfois glacials. 

Dans le Grand Sud règne un climat désertique. Les pluies sont rares, irrégulières, mais soudaines et parfois violentes. Les variations de températures entre le jour et la nuit peuvent être importantes, surtout sur les plaines de sable. In-Salah, une oasis située sur le plateau du Tademaït, bat chaque été des records de chaleur avec des pics à plus de 50 °C. Les amplitudes thermiques sont cependant moins importantes dans la région des tassilis. A Tamanrasset ou à Djanet, les températures en journée restent agréables d’octobre à avril, période propice aux treks et aux randonnées dans le désert. Il faut veiller cependant à bien se couvrir une fois le soleil couché, les nuits peuvent être très fraîches au-delà de 1 200 m d’altitude. Les meilleures périodespour se rendre dans le nord de l’Algérie restent le printemps (avril et mai) et la fin de l’été (septembre et octobre) afin de profiter d’un temps clément et d’une température très agréable en bord de mer. 

Seul désagrément climatique pendant ces périodes, le sirocco, un vent sec, chaud, chargé de sable et de poussière. Venu du Sahara, il souffle sur les villes du nord où il rend l’atmosphère lourde et réduit la visibilité. Dans le Sahara, la saison idéale pour découvrir le massif du Hoggar ou le plateau du tassili des Ajjers s’étend de début octobre à la fin avril. 

Tableau des températures moyennes en °C

  janv. févr. mars avril mai juin juill. août sept. oct. nov. déc.
Alger 12 13 14 16 19 22 25 26 24 20 16 13
Oran 13 14 15 17 20 22 25 26 24 20 16 13
Ouargla 11 14 16 22 26 31 35 33 30 24 17 12
Tamanrasset 12 14 18 21 25 28 29 28 26 20 18 13
Djanet 13 16 20 25 29 31 31 30 29 25 20 14

 

Boucler sa valise

Si l’on se rend dans le nord du pays entre avril et octobre, il faut emporter des tenues légères (tee-shirts, chemisettes) ainsi qu’un maillot de bain. En hiver, prévoir un manteau et quelques pulls. Pour le Sahara, on rangera dans son sac à dos des habits amples et de couleurs claires, des chaussures solides et confortables pour la marche, une paire de sandales pour les moments de détente, une doudoune pour les nuits fraîches et, enfin, de quoi se protéger contre le soleil, le vent et le sable : crème solaire, chapeau, lunettes de soleil et chech (foulard touareg) en coton acheté sur place. 

Santé

Aucun vaccin spécifique n’est exigé pour se rendre en Algérie. Mais il est cependant conseillé de se protéger contre les hépatites A et B et de remettre à jour ses vaccinations contre le tétanos et la polio. Le seul véritable risque encouru par le touriste reste le changement de ses habitudes alimentaires. Les précautions à prendre contre la fameuse tourista sont les mêmes qu’ailleurs. Les sauces piquantes, les produits laitiers non pasteurisés et l’eau du robinet sont à éviter. Il est préférable de consommer de l’eau minérale qui peut s’acheter dans n’importe quelle épicerie. Il faut également s’assurer que fruits et légumes ont été soigneusement lavés voire pelés avant leur consommation. Enfin, même si les pharmacies algériennes sont bien approvisionnées en médicaments de base, il est recommandé pour un trek dans le désert d’emporter dans sa trousse des anti diarrhéiques, un spray antimoustique, du désinfectant, quelques compresses et sparadraps ainsi qu’un tube d’aspirine. 

Devise et budget vacances

Le dinar algérien (DA) vaut 0,11 €. Il se divise en 100 centimes. Il existe des billets de 1 000, 500, 200 et 100 DA et des pièces de 100, 50, 20, 10, 5, 2 et 1 DA. Attention, les Algériens parlent très souvent en centimes. Pour éviter toute confusion, n’hésitez pas à demander la somme exacte en dinars au vendeur. Les cartes de paiement internationales ne peuvent être utilisées que dans les grands hôtels et ne permettent pas encore les retraits aux distributeurs automatiques.
La vie est moins chère en Algérie qu’en Europe. Les produits de consommation courante restent dans l’ensemble peu coûteux pour la bourse d’un touriste étranger. Dans l’hôtellerie, il faut compter entre 1 000 et 3 000 DA (entre 11 et 33 €) pour une chambre double dans un hôtel bon marché (trois étoiles). Le prix d’une nuit dans un hôtel de classe internationale peut en revanche s’élever à plus de 10 000 DA (plus de 110 €). Pour la restauration, il est possible de manger un morceau à midi pour moins de 300 DA (moins de 3 €) dans certaines gargotes. Un repas un peu plus copieux dans un meilleur restaurant peut vous coûter entre 800 et 1 500 DA (entre 9 et 16,5 €). Par contre, l’addition dans un établissement assez chic peut facilement dépasser les 4 000 DA (44 €). L’entrée des musées, sites historiques et parcs d’attractions reste peu onéreuse. 

Choisir son voyage

Entre la mer, les montagnes et le désert, l’Algérie offre l’embarras du choix à ses visiteurs. L’essentiel de la moitié nord du pays peut se visiter en moins de trois semaines, à condition de bien s’organiser et de disposer d’un budget conséquent pour assumer de nombreux déplacements en avions. Pour un court séjour, mieux vaut se concentrer sur une seule ville et sa région. Pour voyager dans le Sahara, les touristes ont obligation depuis 2003 de passer par le biais d’agences de voyages agréées par l’Etat algérien. Celles-ci proposent des treks ou des randonnées d’une semaine pour visiter une région depuis Tamanrasset ou Djanet, ainsi que des circuits de deux, voire trois semaines, à travers le Sahara central, le Hoggar et le tassili des Ajjers. 

5 à 7 jours 
Au printemps ou à la fin de l’été, une semaine à Alger et dans ses environs (Tipasa et Cherchell à l’ouest, Béjaïa et la Kabylie à l’est) convient parfaitement aux passionnés d’histoire et aux amateurs de belles balades en forêt ou au bord de l’eau. Un court séjour suffit également pour visiter Oran et Tlemcen à l’ouest, ou Annaba et ses environs (Guelma, Souk-Ahras) à l’est.

8 jours 
C’est la formule idéale pour découvrir le Sahara algérien. Depuis Djanet ou Tamanrasset, les voyagistes organisent différents treks ou méharées (randonnées chamelières) vers des sites exceptionnels comme le tassili des Ajjers, immense musée d’art rupestre à ciel ouvert, ou l’Assekrem, qui offre une vue imprenable sur le massif du Hoggar. Certaines agences proposent également des séjours d’une semaine pour découvrir les charmantes petites oasis situées aux portes du désert (Timimoun, Ghardaïa).

15 jours et plus 
Pour ceux qui ont soif de désert et qui souhaitent prolonger l’aventure, les circuits de deux voire trois semaines permettent d’explorer les différentes régions du Sahara en les reliant en randonnant à pied ou en 4 x 4.

Algérie, Bou Saada, cascade © Claude Springer

Algérie, Bou Saada, cascade © Claude Springer

Documentation

(Librairies de voyages à Paris et en province) 

A Paris 
Itinéraires : 60, rue Saint-Honoré, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 12 63 ; www.itineraires.com
Ulysse : 26, rue Saint-Louis-en-L’Ile, 75004 Paris, tél. : 01 44 41 88 88.
Voir également les espaces librairie des magasins Fnac et Virgin Megastore.

En province 
Librairie du voyage : 20, rue du Capitaine-Dreyfus, 35000 Rennes, tél. : 02 99 79 68 47 ; 
Raconte-moi la Terre : Angle des rues Thomassin et Grolée, 69002 Lyon, tél. : 04 78 92 60 20.
Librairie des 5 Continents : 20, rue Jacques-Cœur, 34000 Montpellier, tél. : 04 67 66 46 70.

L’Algérie à Paris 
Institut du Monde arabe : 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005 Paris, tél. : 01 40 51 38 38 ; www.imarabe.org/ Ouvert du mardi au dimanche.
Bibliothèque, musée, expositions, cinémathèque, espace de restauration.
Centre culturel algérien : 171, rue de la Croix-Nivert, 75015 Paris, tél. : 01 45 54 95 31 ; www.cca-paris.com/ Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 17 h.
Doté d’une bibliothèque, d’une cinémathèque, d’une salle de conférence, d’une salle d’exposition, ce lieu entièrement dédié à la culture algérienne organise régulièrement des rencontres littéraires, des débats, des projections et des concerts.
Mosquée de Paris : 2, place du Puits-de-l’Ermite, 75005 Paris, tél. : 01 45 35 97 33 ; 
Pour un repas typiquement oriental ou un thé à la menthe un soir de ramadan. Hammam hommes et femmes.

Restaurants
(Notre sélection coup de cœur) 
Wally le Saharien 
36, rue Rodier, 75009 Paris, tél. : 01 42 85 51 90. Ouvert du mardi au samedi.
On y sert, sous une tente berbère, une cuisine algérienne traditionnelle. La spécialité du chef : le couscous saharien, sans légume ni bouillon, accompagné de sa viande méchoui uniquement.
La Bague de Kenza 
106 rue Saint-Maur, 75011 Paris, tél. : 01 43 14 93 15.
Dans une ambiance orientale, ce salon de thé pâtisserie offre une très large gamme de gâteaux traditionnels algériens.

Lire la suite du guide